14.9 C
Alger
samedi 3 décembre 2022

Session d’octobre à l’APW de Béjaïa : «54 importants projets de développement socio- économique dégelés»

  Le wali de Béjaïa a annoncé lors de son allocution à la session ordinaire de l’assemblée populaire de wilaya (APW) tenue la veille du week-end que «54 importants projets de développement en souffrance ont été dégelés et qu’une attention particulière est accordée à la concrétisation des projets de développement ayant un impact sur l’amélioration de la situation socio-économique et le cadre de vie des citoyens, la création des postes d’emploi induisant une dynamique économique durable». «Le dégel de ces projets», souligne-t-il, «atteste de l’attention singulière accordée par le gouvernement à la wilaya de Béjaïa et son développement ainsi que la prise en charge des doléances des populations notamment, l’amélioration de leur situation sociale et quotidien». Il a, ensuite, souligné que «le but principal recommande beaucoup d’efforts et la coordination entre les différentes instances, dont l’administration, les assemblées élues pour la concrétisation des projets inscrits sur le terrain de la réalité», a indiqué la cellule de communication de la wilaya.  Il, a ensuite, invité tout le monde dont l’administration, les élus et le mouvement associatif à conjuguer, ensemble, les efforts en vue de lever les obstacles et les difficultés pouvant booster le développement réel attendu par le citoyen». Dans le même sillage, il a, aussi, invité les chefs de daïra et les directeurs de son exécutif à «ouvrir les canaux de dialogue avec les citoyens». Pour sa part, le président de l’APW M. Bachir Barkat, a souligné lors de l’allocution d’ouverture de cette session «le retour sensible au calme dans la wilaya par l’arrêt des coupures de routes et la fermeture des édifices de services publics». «Toutefois», dit-il, «le meilleur garant de la stabilité et l’ouverture politique, médiatique, le dialogue mais aussi une véritable dynamique économique locale, qui reste, souligne-t-il «à la charge des pouvoirs publics qui doivent enclencher une dynamique pour une véritable relance économique». Il a, plus loin, rappelé les actions entreprises auparavant et lors de la session précédente dont l’examen du secteur de l’éducation, la préparation de la saison estivale, l’approbation du budget supplémentaire 2022, le PDAU intercommunal de Chemini, les assises de l’environnement, le concours de la commune côtière la plus propre afin de créer des dynamiques citoyennes et participative». Il a, ensuite, indiqué que «des projets structurants importants restent gelés, ou lancés mais accusant des dizaines d’années de retard je cite : la pénétrante, les gorges de Kherrata, la mise à niveau des ancien tunnels, dédoublement la RN 9, la RN 26, 24, 12 et les chemins de wilaya». Il a, également, parlé d’extension de l’aéroport, du port, d’achèvement des travaux et des ports Tala Ilef et Béni K’sila. S’agissant des chemins communaux, le président de l’APW dira que «la wilaya dégage un besoin de 769 Km pour une estimation de 9 929 000 000 DA, le programme FCCL de l’électrification rurale de 2018 dont une enveloppe financière de 60 milliards de centimes avait été dégagée n’est pas encore achevée à cause de l’augmentation des prix des matériaux, alors qu’un déficit de 9.3 milliards est enregistré». Le locuteur a, par la suite, relevé le besoin en électrification rurale à l’heure actuelle qui est, dit-il, «de l’ordre de 1 400 milliards centimes pour 27 335 foyers repartis sur 126 localités». S’agissant du secteur de l’hydraulique, le premier responsable de l’APW de Béjaïa estime que «le lancement de la station de dessalement de l’eau de mer d’une capacité de 300 000 mètres cubes par jour répondra aux besoins de la wilaya qui est de l’ordre de 200 000 mètres cubes par jour». Et il a, par ailleurs, relevé que «le retard» accusé dans les opérations en projet engagée par l’ADE en faveur des 7 communes dont Aït R’zine, celui de Bouhamza et le lancement des forages, la vétusté des réseaux d’AEP qui provoque «une déperdition de 40 % d’eau». De plus, il a soulevé l’énorme retard accusé dans la réalisation des stations de traitement des eaux (STEP) d’Akbou et Sidi-Aïch et le dans le lancement de la STEP d’Oued- Ghir. Pour lui, «la collecte des données auprès des communes fait ressortir un besoin de 243 opération d’AEP, 101 forages, 388 opérations pour l’assainissement pour une estimation 9 191 000 000 DA». Il dira dans le même sillage que «le budget des 5 dernières années ne cesse de régresser, il ne peut plus faire face aux besoins de la wilaya même en appoint», raison, estime-t-il, «pour laquelle des efforts pour l’arrachage des financements sur le FGSCL ex FCCL et du sectoriel sont une priorité et une urgence».

Hocine Cherfa

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img