20.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

Selon le Professeur Kamel Djenouhat L’Algérie a atteint 90 % d’immunité collective

Le président de la Société algérienne d’immunologie, Kamel Djenouhat, a la certitude que l’Algérie a atteint l’immunité collective.
L’Algérie connaît une décrue notable des contaminations au Covid-19. À voir les chiffres actuels,elle est en passe de vaincre totalement le virus. Le nombre de contaminations quotidiennes est repassé au-dessous de la barre des 100 cas, depuis quelques semaines.
A-t-on atteint l’immunité collective en Algérie?
Plusieurs spécialistes se sont exprimés sur la question. Certains se montrent très prudents et d’autres affirment l’idée, chiffres à l’appui.
De l’avis du président de la Société algérienne d’immunologie, Kamel Djenouhat, «c’est grâce à l’Omicron que nous avons acquis une immunité collective : nous sommes à 90 % d’immunité collective acquise par une infection naturelle, gratuite et obligatoire».
Invité à l’émission «Invité de la Rédaction» de la Chaîne 3 de la Radio algérienne, le Pr Kamel Djenouhat, aussi chef de service du laboratoire central de l’EPH de Rouiba, a répondu à la question de savoir si le virus allait enfin disparaître. Selon lui, «il s’agit d’une transformation de la forme pandémique en forme endémique». Concernant l’apport du vaccin anti-Covid, le spécialiste le qualifie de positif. Il explique, à cet effet, que «les sujets vaccinés ont pu éviter les formes gaves, et même s’ils ont été hospitalisés, ils ont enregistré très peu de décès».
Le Professeur Kamel Sanhadji a expliqué récemment que l’immunité collective a atteint 50 % en Algérie. Le doyen de la faculté de médecine d’Alger, Pr Merzak Ghernaout, a affirmé aussi que l’Algérie est sortie de la 4e vague de contaminations au coronavirus. Le Professeur a qualifié la situation épidémiologique prévalant actuellement de «très stable», lors de son passage à la radio régionale de Sétif,
Compte tenu de cette nouvelle donne, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a plaidé pour la reprise progressive d’une activité hospitalière normale. Il a souligné l’importance pour les hôpitaux de reprendre progressivement leur activité normale au service du citoyen, notamment les interventions chirurgicales ayant connu un certain retard en raison de la pandémie, et ce, à la faveur de l’amélioration de la situation pandémique observée à l’échelle nationale depuis le 25 janvier dernier.
La pandémie de Covid-19 a affaibli le système de santé, d’où l’urgence de sa réforme. Pour le président de la Société algérienne d’immunologie, cette réforme doit d’ores et déjà commencer par la prévention, notamment au niveau des établissements scolaires. «Ceci permet de combattre les fléaux qui peuvent être à l’origine des maladies chroniques», dira t-il. Pour améliorer la prise en charge des patients et offrir au citoyen un service hospitalier de qualité, le Pr Kamel Djenouhat recommande l’augmentation des lits de réanimation, la nécessité de revisiter le système de gestion des structures de santé et leur modernisation.
Pour améliorer la situation du secteur de la Santé, le premier responsable de ce secteur a annoncé récemment qu’«il y a des études pour établir un pôle de santé moderne». En conséquence, il a souligné que l’année 2022 sera l’année des réformes dans le secteur de la Santé. A cet effet, il a annoncé la création de l’Agence nationale pour la numérisation du secteur de la Santé, qui améliorera les services de santé pour les patients.
Louisa A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img