22.9 C
Alger
samedi 13 août 2022

Selon le Premier ministre :«Les rentiers» seront exclus des incitations à l’investissement

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a annoncé, hier, la révision prochaine de l’approche adoptée en matière d’octroi des incitations à l’investissement pour s’inscrire dans une nouvelle approche excluant «les rentiers» et privilégiant les véritables investisseurs. S’exprimant au terme des travaux de la Conférence nationale sur la relance industrielle, Benabderrahmane révélera que «plus de 10 milliards Usd ont été octroyés (en 2018 et 2019) au titre des incitations et facilitations aux investisseurs sans contrepartie (…)», annonçant ainsi «la révision future de ces approches et incitations dont continuent à bénéficier les rentiers».
La nouvelle approche, a-t-il expliqué, vise l’octroi des incitations et facilitations «aux véritables investisseurs, partout dans le pays». A l’issue des quatre ateliers déclinés sur deux jours, des recommandations ont été dégagées à travers lesquelles les participants ont cristallisé une nouvelle stratégie de relance de l’industrie nationale et, partant, de l’économie nationale. Aussi, un débat a été ouvert sur les solutions adaptées à la situation actuelle du pays, afin de tirer les enseignements des précédentes expériences, avec l’implication de tous les acteurs, dans l’objectif de concrétiser le schéma de la tutelle permettant d’exécuter le plan d’action sectoriel. Le premier atelier, intitulé «Soutien des entreprises et promotion de la production nationale et des exportations», a vu la présentation de deux problématiques liées au manque de l’offre nationale couvrant la demande accrue, et l’impératif rétablissement de la balance commerciale en mettant en place des alternatives aux importations et en diversifiant les exportations. Les débats avaient porté aussi sur les mesures proposées par le ministère de l’Industrie pour accompagner les entreprises locales et renforcer les exportations. Pour le deuxième atelier, consacré à l’amélioration du climat d’investissement et à la disponibilité du foncier, il a été question des mesures à même de promouvoir les investissements et d’améliorer l’offre de foncier industriel et du financement de l’investissement. Les participants s’étaient penchés sur la question de l’investissement productif et le rôle que jouent les banques et autres établissements financiers en la matière. Le troisième atelier a été dédié à la gouvernance des entreprises publiques économiques et au rôle de l’Etat. Quant au quatrième atelier portant sur «l’intégration, la diversification et le développement de la compétitivité», les participants avaient débattu des modalités d’encadrement de l’écosystème et du système technique national, du développement des capacités et des canaux de soutien à l’industrie, du système national de qualité, de la formation dans les métiers de l’industrie et de la réalité et des perspectives du financement bancaire. Faut-il rappeler que l’ouverture de la Conférence nationale sur la relance industrielle a été présidée samedi, au Palais des Nations, par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, en présence de hauts cadres de l’Etat.
Massi Salami

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img