18.9 C
Alger
mercredi 29 juin 2022

Satisfaite des chiffres de l’emploi: Wall Street termine en hausse

La Bourse de New York a terminé en hausse vendredi, satisfaite des chiffres de l’emploi américain et portée par les valeurs dites défensives. Le Dow Jones a gagné 0,40 %, à 34 818,27 points, l’indice Nasdaq, au fort parfum technologique, a pris 0,29 %, à 14 261,49 points et l’indice élargi S&P 500, 0,34 %, à 4 545,86 points. La place new-yorkaise avait été lancée dès avant l’ouverture par le rapport mensuel sur l’emploi, qui a fait état de 431 000 créations de postes en mars. Si le chiffre est inférieur aux attentes (490 000), il a néanmoins été bien accueilli, d’autant que les données des mois de janvier et février ont été révisées, avec près de 100 000 emplois de plus en net au total (95 000). Le taux de chômage s’est inscrit à 3,6 %, meilleur qu’attendu (3,8 %) et quasiment son niveau de février 2020 (3,5 %), avant le début de la pandémie de Covid-19. Ce rapport «va renforcer la détermination de la Réserve fédérale à maîtriser l’inflation et augmenter la probabilité d’une hausse d’un demi-point lors de la réunion de mai», a commenté, dans une note, Kathy Bostjancic, du cabinet Oxford Economics. Signe que le marché anticipe un resserrement monétaire accéléré mais craint aussi ses conséquences sur la croissance, les taux des emprunts d’Etat américains à 2 ans sont montés au-dessus de ceux à 10 ans. Ce phénomène, appelé inversion de la courbe des taux, est réputé annonciateur d’une récession, mais à horizon de plus d’un an. L’écart négatif entre ces deux taux est désormais le plus élevé depuis 15 ans. Pour Matthew Weller, responsable de la recherche pour la plateforme de courtage Forex.com, en renforçant la probabilité d’un durcissement monétaire, le rapport sur l’emploi a poussé à des prises de bénéfice sur les actifs les plus risqués avant le week-end. En première ligne, les valeurs de croissance, sensibles à l’environnement des taux d’intérêt, ont descendu quelques étages, à l’instar du fabricant de cartes graphiques Nvidia (-2,10 %) ou des spécialistes des semi-conducteurs Qualcomm
(-3,81 %) ou Intel (-2,93 %). Compte tenu de l’incertitude géopolitique et économique, «il fait sens d’être plus prudent maintenant qu’à n’importe quel moment ces deux dernières années», selon Chris Zaccarelli, d’Independent Advisor Alliance, ce qui justifie de s’intéresser à des entreprises «de grande qualité, avec des bilans solides». Vendredi, les valeurs défensives, considérées comme moins sensibles aux cycles économiques, ont ainsi été à l’honneur.
S. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img