26.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Santé: La tuberculose extrapulmonaire représente 70% des cas en Algérie

« Les cas de tuberculose extrapulmonaire ou ganglionnaire (dite ganglions lymphatiques) représentent près de 70% des cas d’atteintes en Algérie, alors que le reste sont des cas de tuberculose pulmonaire qui est nettement plus grave et plus contagieuse », a indiqué  le responsable du programme national de lutte contre la tuberculose.

« En 2021, l’Algérie a enregistré 18 825 cas de tuberculose, dont 5423 cas de tuberculose pulmonaire », a indiqué Sofiane Ali Halassa, responsable du programme national de lutte contre la tuberculose , en marge d’une journée de sensibilisation sous le signe « Nous investissons pour combattre la tuberculose, nous sauvons des vies », organisée à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose (24 mars) à Blida .Dr. Halassa a noté que la majorité des cas d’atteintes ont été enregistrés dans les grandes villes du pays. Le responsable du programme national de lutte contre la tuberculose a aussi signalé une hausse du taux de mortalité des patients infectés par cette maladie, estimée à 1% auparavant, avant de passer à une moyenne de 3% en 2021, au niveau national, tandis que le taux de mortalité dans certaines wilayas a atteint les 9%.    D’ou l’importance, selon Dr. Kahina Bouaziz, spécialiste en pneumologie, d’un diagnostic précoce de cette maladie, pour réduire son taux d’incidence, d’une part, et, d’autre part, assurer le rétablissement total du patient et lui éviter des séquelles qui l’accompagneront toute sa vie.  Selon la praticienne, les personnes souffrant d’une faible immunité sont les premières à risquer une infection par cette maladie, notamment celles atteintes de maladies chroniques, dont le diabète, outre les personnes atteintes du cancer et les enfants.  Le Dr. Bouaziz a appelé toute personne ressentant les premiers symptômes de cette maladie, notamment une toux persistante (plus de 15 jours), de la sueur, de la fièvre, une perte d’appétit et de poids, à se rendre à une polyclinique pour examen médical et une radiographie pulmonaire. Elle a souligné la mobilisation, à cet effet, par l’Etat, de nombreuses structures sanitaires, dont l’encadrement est assuré par des staffs médicaux spécialisés, pour une prise en charge idoine de cette maladie. «  La durée du traitement du malade est de six mois, durant lesquels des médicaments lui sont fournis, à titre gracieux, tous les dix jours », a-t-elle précisé.  Cette journée de sensibilisation, abritée par l’établissement hospitalier spécialisé dans la greffe d’organes et de tissus du CHU Franz Fanon, a constitué une opportunité pour des spécialistes en pneumologie de différentes wilayas, dont Tipasa, Ain Defla, Alger et Médéa d’évoquer l’état des lieux de cette maladie et les résultats du programme national de lutte contre cette maladie, notamment.

« L’Algérie a enregistré une baisse sensible du taux d’incidence de la tuberculose »

Selon le Directeur général de la prévention au ministère de la Santé, Djamel Fourar « l’Algérie a vécu « la problématique de prolifération de cette maladie infectieuse après l’indépendance, mais elle a néanmoins réussi, à travers la mise en œuvre du programme national de lutte contre la tuberculose, à réduire le taux d’incidence de cette maladie ». Après l’indépendance, des milliers de cas de tuberculose ont été recensés dans notre pays, mais « le taux d’incidence a considérablement diminué, ces dernières années, grâce à son expérience acquise dans la lutte contre cette maladie, reconnue à l’échelle mondiale » , a ajouté le même responsable.  Il a cité pour preuve, les statistiques du domaine signalant un taux d’incidence de 28 cas pour 100 000 personnes, en 2013, contre un taux d’incidence de seulement 9,4 cas pour 100 000 personnes en 2021. Le Dr.Fourar, qui a estimé que des « défis subsistent » en dépit de ces résultats positifs dans la lutte contre la tuberculose, a toutefois déploré l’impact négatif de « la pandémie du Coronavirus sur la concrétisation du programme national de lutte contre cette maladie ». Il a, dans ce contexte, souligné que la « stabilisation de la situation sanitaire du pays, suite au recul sensible des cas d’infection par le Covid-19, devrait permettre la poursuite des actions de lutte contre cette maladie infectieuse, pour réduire davantage son taux d’incidence ».

Thinhinane Khouchi

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img