16.9 C
Alger
lundi 4 mars 2024

Salon africain des affaires: Appel à la densification du commerce et à la suppression des droits de douane

Des participants à la deuxième édition du Salon africain des affaires «SADA 2023» ont plaidé, à Alger, en faveur de la densification du commerce interafricain, notamment à travers la suppression des droits de douane, pour réaliser l’intégration économique dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

Par Salima K.

Dans leurs interventions lors d’un atelier organisé dans le cadre du salon pour évaluer l’état d’avancement des activités au sein de la Zone de libre-échange continentale africaine, les participants ont souligné la nécessité de mettre en place un écosystème économique favorable, fondé sur
l’adaptation des lois et la coopération, notamment dans les domaines bancaire et douanier.
A cette occasion, le président de la Commission des affaires étrangères, de la coopération et de la communauté à l’Assemblée populaire nationale (APN), Salim Merah, a précisé que la Zone de libre-échange continentale africaine, qui «représente le rêve de tout Africain», favorisera «la libre-circulation des personnes et des marchandises».
Pour ce faire, il importe de «créer les conditions idoines à travers la suppression des droits de douane et la mise en place d’un tarif douanier unifié», a-t-il soutenu, estimant que l’activation de la ZLECAf permettra aux pays africains de réaliser «l’intégration économique».
Selon l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire en Algérie, Alphonse Voho Sahi, «si chaque pays africain facilite les investissement des sociétés d’autres pays africains sur son sol et adapte ses lois aux besoins des populations, les règles de la ZLECAf s’appliqueront avec souplesse».
Pour sa part, l’ambassadeur du Cameroun en Algérie, Komidor Hamidou Njimoluh, qui est du même avis, a considéré que la ZLECAf «est indispensable pour le continent», d’où la nécessité de «conjuguer les efforts» pour sa concrétisation, soulignant l’importance qu’il y ait «une volonté politique, un climat économique approprié et des lois adaptées, outre la coopération notamment dans les domaines bancaire et douanier».
Le chef de Bureau du commerce à l’ambassade d’Egypte à Alger, Yasser Qarni a, quant à lui, mis en avant l’importance de l’application de la réduction du tarif douanier dans les pays africains, à condition d’aplanir les obstacles, notamment à travers «l’unification des règles commerciales et la simplification des procédures». Il a cité, à ce propos, une étude menée par la Banque mondiale (BM) qui prévoit «une augmentation de 9 % du taux de croissance en Afrique à l’horizon 2035, la création de 18 millions de postes d’emploi et la hausse des revenus à hauteur de 571 milliards Usd dans le continent», une fois la ZLECAf activée. Quelque 80 exposants de différents secteurs d’activité prennent part au SADA 2023 qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui, avec la participation d’une vingtaine de représentations diplomatiques de pays africains accréditées en Algérie.

S. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img