13 C
Alger
vendredi 14 mai 2021

Said Bekhti, P-DG du Complexe de thalassothérapie de Sidi Fredj: «Nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 35 milliards cts en pleine pandémie»

Affirmer que le complexe touristique de Sidi Fredj, naguère fleuron du secteur du Tourisme et des loisirs, bâti à l’endroit même où les forces colonialistes ont débarqué en 1830 est en situation de décrépitude manifeste, est une lapalissade dont on se serait volontiers passé.

Par L. Hamouche

Dans ce décor repoussant, le Complexe de thalassothérapie détone par sa particularité du fait qu’il a fait l’objet d’une rénovation en profondeur avec en prime l’érection d’une nouvelle bâtisse dédiée aux soins de remise en forme.
Une fois passé le portail d’accès, on est vite frappé par la beauté des lieux, le calme et la propreté, si bien qu’on se croirait dans la féerie d’un pays développé.
Au bout de 3 années d’intenses travaux menés à une cadence soutenue, le Complexe de thalassotherapie accueille les curistes convergeant des quatre coins du pays, leur offrant des prestations comme consultation, mésothérapie, échographie, massage, sport et fitness, rééducation fonctionnelle, paraffine, demi-bain, bain complet, soin physiothérapie (radar + infrarouge + cynothérapie + ultrason), pressothérapie, etc.
Cette structure medico-ludique connaît un tel engouement qu’en pleine crise du Covid-19 en 2020, il a engrangé un hallucinant chiffre d’affaires de l’ordre de 35 milliards de cts, selon le président-directeur général, Said Bekhti, qui officie depuis de longues années à sa tête, mettant à profit son potentiel expérience et managérial reposant sur des connaissances scientifiques acquises en milieu universitaire.
Cette prouesse financière lui a valu d’ailleurs de nombreuses marques de reconnaissance des pouvoirs publics en lui renouvelant leur confiance, en dépit des aléas somme toute naturels que rencontrent les dirigeants d’entreprise dans l’exercice de leurs fonctions.
Nous servant de guide, le P-DG du complexe a eu l’amabilité de nous permettre de faire connaissance de plus près du fonctionnement et des installations ultramodernes de ce bijou qui fait manifestement la fierté de l’Algérie en attendant d’autres «clones» appelés à fleurir diverses contrées du pays, conformément au programme initié par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, dédié a ce secteur, afin de traduire dans les faits la vision de l’Algérie nouvelle.
Cette visite de reconnaissance de cette flamboyante infrastructure a eu lieu le 3e jour du ramadhan où seules quelques âmes animent le hall de réception et les salles de soins. A cette pointe d’inquiétude, M. Said Bekhti rassure avec aplomb : «C’est naturellement un mois où on enregistre un taux relativement faible de fréquentation, attitude parfaitement compréhensible, les curistes préfèrent jeûner dans le cocon familial.
Cette baisse de régime sera très vite reboostée juste après l’Aïd par des réservations massives qu’on tentera de satisfaire à mesure de leur manifestation». L’optimisme est donc inébranlable et c’est tant mieux pour la santé financière du complexe qui entend être au diapason de la confiance et des pouvoirs publics et des soins prodigués aux curistes.
Notons que ce secteur névralgique de l’économie nationale a connu il y a quelques jours une période de turbulences annonçant un vaste mouvement de permutations, nouvelles désignations, révocations… censé toucher les principaux complexes hôteliers, ce qui a provoqué un sentiment de malaise et de confusion dans les rangs des responsables dont la plupart ne sont pas encore sexagénaires et qui ont encore beaucoup à donner grâce à leur potentiel managérial et l’expérience capitalisée sur de longues années de praxis dans un créneau exigeant et vecteur essentiel participant au développement du tissu économique national.
L. H.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img