23.9 C
Alger
mardi 16 août 2022

Risque mineur pour la population selon un expert: Arrivée de la lave volcanique dans l’océan aux Canaries

Les émanations de gaz provoquées par l’arrivée dans l’océan de la lave du volcan Cumbre Vieja, dans l’archipel espagnol des Canaries, représentent pour l’heure un risque mineur pour la population, a estimé hier, un expert.

Par Fil T.

«Nous avons actuellement un vent important dans la région qui dissipe davantage cette colonne (de gaz) vers la mer, donc le risque est beaucoup plus faible» que prévu, a déclaré Rubén Fernandez, l’un des responsables du Plan d’urgence volcanique des Canaries (Pevolca).
La coulée de lave du Cumbre Vieja, entré en éruption il y a 10 jours sur l’île de La Palma, dans l’archipel des Canaries, a atteint l’océan dans la nuit de mardi à hier. Cette rencontre entre la lave en fusion et l’eau était particulièrement redoutée en raison de la production de gaz toxique et de particules nocives qu’elle pouvait entraîner, ce qui la rend potentiellement dangereuse.
Pour cette raison, le gouvernement régional de l’archipel avait décrété un «rayon d’exclusion de 2 000 marins» autour de l’endroit où était prévue l’arrivée de la lave et appelé les habitants de plusieurs quartiers de Tazacorte, un village situé près de la côte, à se confiner.
Mercredi matin, la télévision nationale TVE montrait des images de la cascade de lave entrant dans la mer, provoquant de grandes colonnes de vapeur et de gaz.
«Pour le moment, nous n’avons aucune indication qui nous fasse penser que c’est dangereux pour les personnes qui sont confinées, ni pour les équipes d’urgence, qui respectent également les périmètres de sécurité», a déclaré M. Fernandez sur la radio nationale RNE. En raison de l’éruption qui a commencé le 19 septembre, plus de 6 000 personnes ont dû quitter leur domicile, mais il n’y a eu ni blessé ni mort, bien que de graves dégâts matériels aient été causés. La lave a déjà détruit 656 bâtiments – pas tous des habitations – et recouvert 268 ha sur cette île de 85 000 habitants qui vit de la culture de la banane et du tourisme, selon le système européen de mesure géospatiale Copernicus.
F. T.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img