32.9 C
Alger
vendredi 12 août 2022

Restitution: La Libye récupère un avion présidentiel saisi en France depuis 7 ans

Le Premier ministre libyen, Abdelhamid Dbeibah, a annoncé, dimanche, que son pays a récupéré l’avion présidentiel A340, saisi en France depuis 7 ans.

Par Moncef G.

«Aujourd’hui, notre avion nous revient et nous sommes heureux, sereins et en sécurité dans nos maisons et dans notre pays», a déclaré Dbeibah.
«C’est un avion qui appartient au peuple libyen, un avion présidentiel qui a été saisi de force depuis 2014», a précisé le Premier ministre libyen.
Et de souligner : «Cet avion est très important pour la souveraineté libyenne, ainsi que par sa valeur historique». Abdelhamid Dbeibah a ajouté que l’avion se trouvait en France, sous prétexte de «mesures techniques et financières, et nous nous sommes efforcés de le restituer en raison de son importance».
Et d’estimer que le retour de l’avion «est une étape positive qui indique la stabilité et la sécurité de la Libye, le retour de sa souveraineté et le retour de sa richesse».
S’agissant du nombre
d’avions saisis, Dbeibah a signalé qu’il y avait «12 avions d’occasion, qui sont utilisés sur des territoires hors de la Libye sous prétexte de maintenance».
«Des négociations sont en cours concernant des avions qui ont été saisis, et qui seront de retour dans notre pays», a-t-il encore noté.
Avant 2011, l’ancien président libyen Maammar El-Kadhafi (1969-2011) exploitait le A340, un avion présidentiel équipé des dernières technologies et commodités, qui a été envoyé en 2014 en France pour des travaux de maintenance, selon des médias.

Le gouvernement annonce l’ouverture de la route côtière
Le Chef du gouvernement libyen, Abdelhamid Dbeibah, a annoncé, dimanche, l’ouverture de la route côtière Misrata-Syrte, reliant l’est à l’ouest du pays, fermée depuis près de deux ans.
«Nous tournons, aujourd’hui, la page de la souffrance du peuple libyen et nous franchissons une nouvelle étape dans la construction, la stabilité et l’unité», a déclaré Dbeibah au sujet de l’ouverture de l’axe routier Misrata-Syrte, cité par des médias.
Et d’ajouter : «Nous saluons et apprécions tous les efforts sincères qui ont contribué à cet évènement. Ensemble pour construire et travailler pour le développement et la prospérité du pays».
La route côtière Misrata-Syrte, reliant l’est et l’ouest, est une route commerciale importante, qui a été fermée depuis 2019.
Le 6 février dernier, la Commission militaire mixte libyenne (5+5) avait accepté de déminer la ville de Syrte (450 km à l’est de Tripoli) et des routes y menant, à partir du 10 du même mois, en vue de la réouverture de la route côtière Misrata-Syrte.
La situation en Libye s’est nettement améliorée depuis que le Gouvernement d’unité nationale et le nouveau Conseil présidentiel ont pris leurs fonctions le 16 mars 2021, pour conduire le pays aux élections législatives et présidentielle prévues le 24 décembre prochain.

L’Egypte réaffirme son soutien aux nouvelles autorités
Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukry, a réaffirmé, samedi, «le soutien de l’Egypte aux nouvelles autorités libyennes dans la gestion de la période de transition et la mise en place de la feuille de route visant à sortir le pays de la crise politique», rapportent des médias locaux.
«J’affirme le soutien de l’Egypte à l’autorité exécutive intérimaire représentée au Conseil présidentiel libyen et au Gouvernement d’union nationale dans l’accomplissement de leurs tâches pendant la phase de transition», a déclaré M. Choukry lors d’une conférence de presse animée avec son homologue libyenne, Nadjla Al-Mangoush, au Caire.
M. Choukry a souligné la nécessité de restaurer la sécurité, la stabilité, la souveraineté et l’unité des territoires libyens et de «mettre en œuvre toutes les étapes de la feuille de route pour la solution politique issue du Forum de dialogue politique libyen».
«L’Egypte attend avec impatience les élections générales libyennes prévues le 24 décembre et l’expulsion de toutes les forces étrangères et mercenaires de Libye sans procrastination», a-t-il affirmé.
Le Parlement libyen a approuvé, en mars dernier, un gouvernement d’unité intérimaire pour diriger le pays jusqu’aux prochaines élections générales qui devraient mettre fin à une guerre civile longue de dix ans qui a suivi l’éviction et la mort de l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en 2011.
Pour sa part, la cheffe de la diplomatie libyenne a décrit le gouvernement d’unité nouvellement formé comme «le gouvernement de tous les hommes et femmes libyens qui cherche sérieusement et sincèrement à exprimer les aspirations et les espoirs de son peuple».
Mme Al-Mangoush a apprécié le soutien de l’Egypte à la feuille de route pour la paix libyenne, notant que les peuples de Libye et d’Egypte sont unis par des liens profonds ainsi qu’un destin commun à travers l’histoire.
«Nous nous félicitons également de l’arrivée d’une délégation égyptienne (en Libye) pour coordonner la réouverture de l’ambassade (de l’Egypte) à Tripoli et du consulat à Benghazi», a-t-elle souligné.
Les deux ministres ont, par ailleurs, abordé les moyens de renforcer la coopération bilatérale dans divers domaines à des niveaux plus étendus.
M. G.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img