26.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

Rejet

Si l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche avait beaucoup contribué à amoindrir la pression autour de Moscou qui se voyait isolé par les États-Unis et l’Europe, aujourd’hui avec Joe Biden au pouvoir, le président russe, Vladimir Poutine, est de nouveau lourdement mis en cause dans sa gestion du pouvoir. Le Kremlin a ainsi dit avoir appris  » avec regret  » le rejet par l’Union Européenne de l’idée franco-allemande d’une relance du dialogue avec la Russie par un sommet avec le président Vladimir Poutine.  » Le président Poutine reste d’une manière générale favorable à l’établissement de relations de travail entre Moscou et Bruxelles « , a précisé le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.  » Nous savons qu’une série de pays se sont opposés à ce dialogue et nous savons qu’il s’agit avant tout des jeunes européens, les États baltes, la Pologne (…), et que ce sont ces mêmes pays qui sans fondement parlent de menaces provenant de Russie « , a-t-il ajouté. Une semaine après la rencontre organisée à Genève entre le président russe et son homologue américain Joe Biden, Angela Merkel et Emmanuel Macron souhaitaient organiser une rencontre avec Vladimir Poutine pour traiter des sujets d’intérêt majeur pour l’UE. Mais le projet a divisé les États membres et le consensus n’a pas été trouvé. Les États baltes, la Pologne, la Suède et les Pays-Bas sont opposés à la reprise du dialogue, jugeant le dirigeant russe coupable d’actions agressives contre des pays européens.  » La Pologne a rejeté cette proposition allemande car nous pensons que cela valoriserait le président Vladimir Poutine au lieu de punir une politique agressive « , a commenté vendredi à Bruxelles le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki. Le porte-parole du Kremlin a, lui, reproché une fois de plus à ces adversaires de s’aliéner la Russie  » en faisant tout pour avoir sur leur territoire toujours plus de soldats de l’Otan « .  » Et en plus ils rejettent le dialogue « , a-t-il ajouté. Les relations entre l’UE et la Russie n’ont cessé de se détériorer depuis l’annexion de la Crimée et le début du conflit en Ukraine, en 2014. Aucun sommet n’a eu lieu depuis cette date. Et le retour des Démocrates à la Maison-Blanche ne va pas faciliter le dialogue de l’Occident avec le Kremlin, Hillary Clinton ayant avant sa défaite à l’élection présidentielle de 2016 fait plusieurs déclarations très agressives laissant penser qu’un conflit armé avec Moscou n’était pas impossible. Reste à voir si Berlin et Paris trouveront un moyen de passer outre et d’ouvrir des discussions avec Poutine, surtout que l’Allemagne a désespérément besoin du gaz russe, ou si l’UE continuera à empêcher tout dialogue allant dans le sens des pays de l’Est qui sont aussi pour beaucoup très proches de Washington.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img