22.9 C
Alger
lundi 5 décembre 2022

Référendum du 1er novembre sur la révision de la Constitution: El Islah et Ennahda voteront «Oui»

Après le MSP la semaine passée, les mouvements El Islah et Ennahda se sont prononcés sur la tenue du référendum autour de la révision de la Constitution. Les deux formations politiques islamistes se sont ainsi positionnées en faveur du rendez-vous référendaire du 1er novembre. Néanmoins, Ennahda a émis quelques réserves sur certains articles du projet de révision du texte fondamental du pays qu’elle estime «ne pas être à la hauteur des espérances».

Par Lynda Naili

A ce titre, le mouvement El Islah a décidé de voter «oui» à la révision de la Constitution soumise à référendum le 1er novembre, en ce sens où elle «consacre l’Etat des droits et des libertés et les institutions légales dans le cadre d’un large consensus national». C’est ce qu’a relevé avant-hier un communiqué de cette formation politique. Une décision qui a été prise lors de la 11e Université d’été du mouvement les 17 et 18 septembre derniers. Le mouvement El Islah a tenu la 9e session ordinaire de son Conseil consultatif qui a «élaboré sa décision finale sur le référendum autour de la révision de la Constitution» et «la majorité écrasante a approuvé le vote en faveur du projet de révision de la Constitution soumis à référendum le 1er novembre», a précisé le document d’El Islah. Expliquant sa position, le mouvement s’est dit «convaincu» que ce projet est «digne d’une Constitution consensuelle, jette réellement les bases d’une Algérie nouvelle» et «consacre l’Etat des droits, des libertés et les institutions légales dans la cadre d’un large consensus, soutenu par une large base populaire». En outre, l’Université d’été du mouvement a qualifié «le processus de révision de la Constitution de normal», en dépit des conditions sanitaires exceptionnelles que vit le pays (coronavirus)», appelant les Algériens à faire de ce rendez-vous électoral «une réussite», de même que «les grands chantiers lancés dans divers domaines politiques et socio-économiques», en encourageant «la participation de toutes les factions politiques et franges sociales du pays», dans le cadre d’une vision nationale unifiée, considérant la Constitution de 2020 comme «le fondement de l’Algérie nouvelle». Et de souligner, à ce propos, l’importance de «renforcer le front interne et de placer les intérêts du pays et de la Nation au- dessus de toute autre considération».

Ennahda prône une responsabilité «sans ambiguïté»
Pour sa part, le mouvement Ennahda, bien qu’il ait émis des réserves sur certains articles contenus dans ce projet de révision constitutionnelle qui, de son avis, «ne sont pas à la hauteur des espérances», a indiqué que sa position vis-à-vis du projet de la révision de la Constitution sera «responsable, claire et sans ambiguïté aucune». Ainsi, Yazid Benaïcha, secrétaire général d’Ennahda, a fait savoir depuis Constantine, à l’issue d’une rencontre regroupant les chefs de bureaux de cette formation politique dans les wilayas de l’Est, que «la position du mouvement Ennahda quant au projet de la révision de la Constitution sera responsable, claire et sans ambiguïté aucune et cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une série de réunions de concertation devant déterminer la position finale du mouvement». En attendant, se félicitant du débat entamé sur la scène nationale sur les grandes questions contenues dans le projet de révision constitutionnelle, le même intervenant a, dans la foulée, émis des réserves sur certains articles contenus dans ce projet de révision constitutionnelle. De plus, mettant en avant l’importance du rendez-vous référendaire du 1er novembre prochain, il a indiqué que sa formation politique aspire que «la révision de la Constitution puisse permettre l’édification d’une nouvelle Algérie où règne un Etat de droit, de liberté, de pluralisme consacrant l’alternance au pouvoir et favorisant un climat adéquat pour une sérieuse relance économique».

L. N.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img