12.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Redressement

Après des années passées à tenter de percer au sein de son parti politique et après avoir même été ostracisé durant la période la plus centriste des Républicains, Éric Ciotti a été élu ce dimanche président de son mouvement. Le résultat du scrutin du congrès de la droite consacre Éric Ciotti avec 53,7 % des voix. Après la démission de Christian Jacob, le député des Alpes-Maritimes se voit donc confier la lourde mission de donner une nouvelle orientation à son parti. Il remporte ce second tour face au sénateur Bruno Retailleau, qu’il avait déjà devancé lors du premier tour, dimanche 4 décembre. C’est la présidente par intérim de LR, Annie Genevard, qui a annoncé le résultat de ce deuxième tour : 53,7 % des voix pour Ciotti, 46,3 % pour Retailleau. La participation a atteint 69,70 % au deuxième tour contre 72,67 % au premier, a précisé Annie Genevard lors d’un point presse au siège du parti. Mais la bataille a été longue pour le député du sud qui, s’il est surtout connu pour ses positions très droitières sur l’immigration et la sécurité, a dû aussi
s’adresser à toutes les tendances LR en évoquant sur le volet économique de supprimer l’impôt sur les successions et les donations et de baisser les impôts et les charges. Mais ce qui a surtout marqué sa campagne est sa promesse de faire de Laurent Wauquiez, lui-même ex-président LR, le prochain candidat de la droite pour la présidentielle de 2027. Dans son projet, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, doit «incarner cette espérance». «Il faut qu’on ait un candidat assez vite pour la présidentielle de 2027 et je soutiens dans cette démarche Laurent Wauquiez, qui conjugue beaucoup d’atouts pour redresser la droite», a-t-il estimé. Pourtant, c’est bien sous la présidence de Wauquiez que le parti a commencé à perdre de son vernis et que plusieurs cadres importants ont quitté le mouvement, refusant la stratégie droitière de leur dirigeant. Mais les choses ont bien changé aujourd’hui et c’est bien avec des slogans comme «pour que la France reste la France !» que Ciotti a été élu. La question sera de savoir désormais si celui qui avait créé la surprise lors de la primaire de la droite en décembre 2021 en s’imposant au second tour, même s’il avait par la suite dû s’incliner face à Valérie Pécresse, réussira à redresser Les Républicains dont la survie même inquiète après un score humiliant à la dernière élection présidentielle. Un redressement craint par la majorité présidentielle qui a beaucoup profité de la déshérence du parti de droite, récupérant des dizaines de cadres et
d’élus qui ont renforcé ces six dernières années ses rangs. F. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img