19.9 C
Alger
lundi 3 octobre 2022

Recul des cas de Covid en Algérie La vigilance reste de mise

Pour les spécialistes de la santé, le virus corona n’a pas encore dit son dernier mot dans le monde entier. Il est donc trop tôt pour que les pays crient victoire face à la pandémie. La décrue de Covid-19 a commencé depuis quelques temps déjà. Après un record de 2 500 cas quotidiens enregistré à la mi-janvier dernier, en pleine quatrième vague de la pandémie, la situation epedimiologique s’est améliorée davantage dès le début du mois de février dernier pour atteindre le mois d’avril dernier 0 cas. Depuis, les bilans quotidiens du ministère de la Santé ne font pratiquement part d’aucun décès dû au Covid-19. Même si les chiffres des bilans quotidiens font état de zéro cas de contamination ou de décès en Algérie, les spécialistes affirment que la pandémie n’a pas encore disparu et le respect des mesures préventives est d’une importance majeure afin d’éviter tout éventuel rebond de la maladie. A ce propos, le premier responsable du secteur de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, relève qu’on ne peut pas dire que le coronavirus a définitivement été éliminé, soulignant aussi «l’importance de la prudence et la vigilance». En marge de sa visite, à l’occasion de l’Aïd el-Fitr, au service de pédiatrie de CHU Nafissa- Hammoud (ex-Parnet) et au CHU Mustapha-Pacha, le ministre de le Santé a précisé que malgré l’enregistrement d’un état de stabilité et d’un déclin de l’épidémie de Covid-19, il est nécessaire de faire preuve de prudence, notamment à la lumière de le propagation du virus dans certains pays. Dans le même contexte, le Pr Djamel-Eddine Nibouche, chef de service de cardiologie à Parnet, insiste sur le maintien des mesures de précaution étant donné que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a pas encore annoncé la fin de la pandémie. Pour le spécialiste, le risque de propagation de nouveaux sous-variants reste très probable, même si le variant Omicron n’est pas très dangereux et ses symptômes sont parfois similaires à ceux de la grippe saisonnière. C’est pourquoi, dit-il, la précaution et la prudence restent le meilleur moyen de prévention. Dans une récente déclaration à la Radio nationale, le Professeur Kamel Djenouhat, président de le Société algérienne d’immunologie, avait indiqué que l’épidémie de coronavirus est en passe de disparaître en Algérie, excluant par la même occasion le survenue d’une cinquième vague. Il a expliqué que sur la base de la situation épidémiologique de ces derniers mois et des résultats des analyses effectuées sur les donneurs de sang, il a été enregistré un taux de
93 % d’immunité naturelle chez ces personnes, soulignant dans ce sens que si le vaccin constitue une immunité pour une période de six mois, l’obtention d’une immunité naturelle vit encore plus longtemps, mais cela ne signifie pas que la société abandonne les mesures de précaution.
Louisa A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img