21.9 C
Alger
mardi 27 septembre 2022

Quatre à cinq décennies de paix suffiront

Les pays de la rive sud de la Méditerranée ont intérêt à suivre de près l’évolution de la pandémie chez leurs voisins européens, qui leur ont transmis le virus historique, comme on dit par pédantisme, puis les autres variants, y compris, à ce qu’il semble tout au moins, les deux d’entre eux apparus pourtant en premier sur le continent africain. Ils devraient s’alarmer de toute aggravation chez eux, et se réjouir de toute amélioration. Les Européens, eux par contre, n’ont rien à craindre venant du sud, ni de leurs voisins africains les plus proches, ni des plus éloignés. Si le Sars Cov-2 est bien né en Chine, ce qui n’est pas encore établi de façon certaine, quoi qu’on en dise, le fait est qu’il n’est plus chinois, plus particulièrement dans la région au sens large à laquelle nous appartenons. Il n’est d’ailleurs pas rare d’entendre dire au jour d’aujourd’hui, le virus britannique, par exemple, en lieu et place de variant britannique. Pour ce qui nous concerne, nous ne pourrons considérer en avoir fini avec le Covid-19 que lorsque nous verrons nos voisins européens en train eux aussi de prendre le dessus sur lui. Tant que chez nous les chiffres continuent de baisser alors que les leurs se dégradent à mesure, les perspectives sont sombres pour nous aussi, même si dans l’immédiat nous avons des raisons de nous réjouir.

Si pour une raison quelconque la pandémie devait reprendre de plus belle, ce serait par eux qu’elle refluerait chez nous avec une vigueur retrouvée. Laissés à nous-mêmes, sans contact avec eux, nous sommes bientôt complètement tirés d’affaire. Ce qui est vrai de la pandémie pourrait bien l’être de beaucoup d’autres choses. Le nord de l’Afrique a besoin de quelques décennies de paix seulement, non pas d’un ou de plusieurs siècles, pour rattraper son retard dans à peu près tous les domaines. Mais les aura-t-il ces décennies de paix ? On peut compter sur les anciennes puissances coloniales, dont on a pu voir de quoi elles étaient encore capables sur le cas tout récent de la Libye, pour nous créer de faux problèmes et s’ingénier à nous y enfermer. La Syrie était en plein développement économique avant de sombrer dans la crise, dont elle n’est toujours pas sortie une décennie plus tard. Sur les quatre à cinq décennies de paix dont elle a besoin pour sa mise à niveau, on lui en a déjà fait perdre une en entier, un retard difficilement rattrapable. Le monde entier a besoin de paix. Mais plus que tous, les pays qui ont un retard de développement à rattraper, un objectif qu’ils ne peuvent atteindre que s’ils y consacrent toutes leurs forces. Les Occidentaux ont eux une avance à préserver. Cela exige d’eux d’autres ressorts. On le voit bien dans la rivalité sino-américaine. Les Etats-Unis craignent pour leur leadership dans le monde devant la montée en puissance de la Chine. La Chine est la plus ancienne puissance technologique de l’Histoire. Sur les 20 siècles de notre ère, elle a été le plus longtemps à l’avant-garde en matière de technologie. Elle est en train de dépasser les Etats-Unis sur ce plan, à supposer que ce ne soit pas déjà fait. Les puissances technologiques véritables sont celles qui ont pu produire un vaccin contre la nouvelle pandémie, ce qu’elles ont fait d’ailleurs en un temps record. En Europe, seule la Grande-Bretagne, qui n’est plus membre de l’Union, a pu tenir son rang à cet égard. Tous les autres sont en voie de sous-développement.

Article récent

Le 28 Septembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img