31.9 C
Alger
dimanche 14 août 2022

Proposition du Forum international de la femme-CGEA: Pour une académie des femmes savantes sous la coupe du président de la République

Les participantes à la première édition du Forum international de la femme (FIF), organisée samedi et dimanche à Alger, ont proposé de créer une académie des femmes savantes directement sous la coupe du président de la République.

Par Hocine H.

A l’issue de deux jours de travaux de cette manifestation économique, organisée par la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA), il a été souligné dans les recommandations de «reconnaître les compétences féminines algériennes tant à l’intérieur que sur le plan mondial, en créant la première académie algérienne des femmes savantes directement sous la coupe de président de la République».
Les participantes ont également appelé à «renforcer l’arsenal juridique national en vue de protéger la femme dans le circuit du travail», ainsi que «la pénalisation du harcèlement moral et les comportements sexistes sur les lieux de travail, qui freinent l’évolution de la femme dans le marché du travail».
Elles ont également appelé à davantage d’accès de la femme à tous les postes décisionnels et politiques de par sa compétence et rien d’autre, soulignant la nécessité d’éliminer toutes les formes de favoritisme quant à l’emploi des femmes.
En outre, il a été recommandé de redoubler d’efforts pour mieux inclure le produit de la femme dans l’économie en facilitant les circuits de commercialisation, l’accès au crédit et à l’évaluation du travail féminin ainsi que la protection des chaînes de valeur des produits agricoles intimement liés au savoir-faire et reconnaissance de la femme.
Quelque 3 000 femmes algériennes cheffes d’entreprises et porteuses de projets ont pris part à cette manifestation qui a ouvert un débat approfondi sur des thématiques liées à «la contribution de la femme algérienne dans le développement de l’économie nationale».

Entrepreneuriat féminin : plaidoyer en faveur de modes de financement spécifiques
Des modes de financement spécifiques dédiés au soutien des femmes entrepreneures doivent être mis en place, notamment à travers des fonds d’investissement et des prêts à des taux bonifiés, ont recommandé, dimanche à Alger, plusieurs femmes cheffes d’entreprises.
Lors d’un panel dédié à la réforme du financement pour encourager l’investissement féminin, organisé à l’occasion du Forum international de la femme (FIF), la présidente du Conseil international des femmes entrepreneures, Lamia Louati, a recommandé la création d’un fonds spécial pour le financement des PME féminines, soulignant l’intérêt d’impliquer le secteur des assurances pour faciliter les prêts bancaires aux entreprises féminines.
De plus, Mme Louati a noté la nécessité de former les femmes entrepreneurs à la recherche de financement et à soutenir le déploiement de la femme entrepreneure à l’international.
«Il est également de notre devoir de joindre nos efforts à ceux de l’Etat et constituer une force de proposition afin de relever les défis actuels», a-t-elle estimé. Pour sa part, la directrice tunisienne d’un cabinet de consulting, Nejiba Chouk, a proposé d’aider les jeunes femmes entrepreneures à augmenter leur capital via des dotations généralement sans intérêt ou à des taux bonifiés ou bien à travers des fonds d’investissement dédiés aux PME féminines.
De son côté, la consultante dans le secteur bancaire, Meriem Kouissi, a déploré le fait que «la recherche de financement est plus compliquée surtout pour la femme, notamment du fait d’une stigmatisation de la femme concernant la réussite de son projet». «Il s’agit de mettre à disposition des porteuses de projets un réseau porté par une plateforme de mise en relation des femmes entrepreneures entre elles et avec leurs partenaires», a-t-elle soutenu.
Intervenant lors de ce panel, la chercheuse au sein du Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (Cread), El Kaina Hammache, a souligné qu’il s’agissait de réfléchir au concept de «budgétisation sensible au genre» qu’elle estime comme «une composante essentielle de l’approche intégrée de l’égalité homme-femme».
Ce concept, qui doit réserver des budgets spécifiques pour soutenir la femme au niveau des différentes institutions, doit permettre, a-t-elle dit, de passer de l’égalité de droit de fait à l’égalité de droits «réellement mise en œuvre» grâce aux orientations budgétaires ciblées dans tous les secteurs.
«L’égalité homme-femme n’est pas une question sociale mineure mais un paramètre de réussite macroéconomique», a tranché Mme Hammache, précisant que le budget sensible au genre concerne aussi bien les ministères, les associations, les collectivités locales et les entreprises.

La CGEA signe une convention de partenariat et mémorandum d’entente avec deux organisations patronales internationales
La CGEA a signé, dimanche à Alger, une convention de partenariat avec le Conseil international des femmes entrepreneures (CIFE) et un mémorandum d’entente avec Forum islamique de coopération pour les jeunes (ICYF).
La convention de partenariat entre le CGEA et les CIFE a été signée par les présidentes des deux organisations patronales, respectivement Saida Naghza et Rachida Jebnoun, en marge du Forum international de la femme (FIF), organisé samedi et dimanche au Centre international des conférences (CIC).
La convention de partenariat porte sur l’échange d’expertise professionnelle, la création d’opportunités d’échanges dans le domaine économique, commercial, culturel et entrepreneurial, ainsi que le soutien réciproque aux initiatives promotionnelles de CIFE en Algérie et celles de la CGEA en Tunisie.
Elle porte également sur l’échange de know-how entrepreneurial, programmes de formation, d’assistance et de recherches se rapportant à l’entrepreneuriat et à l’appui des initiatives entrepreneuriales de porteurs de projet et de start-up innovantes ainsi que l’appui mutuel aux programmes et aux projets soumis à la recherche de partenariats industriels, techniques et financiers internationaux.
Mme Neghza a, en outre, signé un mémorandum d’entente avec le président du Forum islamique de coopération pour les jeunes, Taha Ayhan.
Les deux parties s’engagent, notamment, à prendre en considération les avantages comparatifs des compétences respectives et l’expertise des parties et à rechercher une valeur ajoutée et de mieux utiliser les ressources existantes.
Les deux parties ont l’intention, également, d’organiser un sommet régional sur l’investissement pour les jeunes qui réunira des entrepreneurs, investisseurs, institutions financières, décideurs et des citoyens, dans le but d’échanger les idées sur la manière de débloquer des investissements et des financements pour accélérer l’indépendance financière des jeunes et lutter contre le chômage dans la région.

H. H.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img