37.9 C
Alger
dimanche 14 août 2022

Prix: Le pétrole hésite, freiné par les hausses de taux des banques centrales

Les prix du pétrole oscillaient entre gains et pertes hier, freinés par les hausses des taux directeurs des banques centrales mondiales qui pourraient éroder la demande, quand les inquiétudes quant à l’offre semblent légèrement
s’apaiser. Dans la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre prenait 0,51 % à 103,73 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison le même mois, grappillait quant à lui 0,42 % à 95,10 dollars.
Selon les analystes, les prix du pétrole se négocient à la baisse alors que le marché se prépare à une nouvelle hausse des taux d’intérêt américains demain mercredi.
La banque centrale américaine (Fed) devrait, en effet, procéder à une quatrième forte hausse de ses taux directeurs pour faire ralentir l’inflation, mais en tentant d’éviter de provoquer une récession.
Or, une action «agressive» de la Fed pour combattre l’inflation pourrait ajouter aux pressions sur l’économie mondiale et réduire la demande mondiale d’énergie, en particulier si elle induit une récession américaine, affirment les analystes.
La Banque centrale européenne (BCE) a rejoint le mouvement de resserrement de la politique monétaire avec une hausse des taux plus importante que prévu, ce qui pourrait encore freiner l’activité économique et la demande de pétrole, soulignent-ils.
Quant aux inquiétudes concernant l’offre, elles ont été tempérées par la reprise des flux de gaz russe vers l’Europe sur le gazoduc Nord Stream, après une maintenance, ont-ils fait observer.

Salem K.

Article récent

Le 14 Aout 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img