25.9 C
Alger
lundi 27 juin 2022

Prix des volailles: La hausse du coût des aliments à l’origine de la flambée

Le président-directeur général de l’Office national des aliments du bétail et de l’élevage avicole a justifié l’augmentation des prix des volailles par l’augmentation des prix de leurs aliments sur les marchés internationaux touchés par la pandémie de Covid-19, révélant que les prix du maïs et tourteau de soja, qui représentent 80 % de la composition des aliments pour volaille, ont augmenté de manière significative en moins de six mois.

Par Thinhinene Khouchi

«Le prix du maïs sur le marché mondial en juin 2020 était d’environ 265 dollars, mais il a dépassé les 270 dollars ce mois-ci et le prix des tourteaux de soja qui était de 350 dollars en juin dernier, dépasse actuellement les 590 dollars», a indiqué, hier, le président-directeur général de l’Office national des aliments du bétail et de l’élevage avicole, Mohamed Betraoui, qui a apporté des explications suite a l’augmentation des prix de la viande blanche, en particulier le poulet. Il a assuré que «cette hausse est due principalement à l’augmentation des prix de leurs aliments sur les marchés internationaux touchés par la pandémie de Covid-19», révélant que «les prix du maïs, tourteau de soja, qui représentent 80 % de la composition des aliments pour volaille, ont augmenté de manière significative en moins de six mois». Il a expliqué que la hausse du prix du maïs est soumise à des indicateurs internationaux qui affecte la Bourse mondiale, mais «je tiens a rassurer les éleveurs quant à la quasi-disponibilité de ce produit à nouveau au niveau international et le retour de la stabilité des prix dans les semaines à venir», a déclaré Betraoui. Il a indiqué que «l’Algérie importe plus de 5 millions de tonnes d’extraits de maïs et de soja, et dans le but de réduire la facture d’importation de plus de 1,2 milliard de dollars, un certain nombre de mesures ont été prises pour assurer l’indépendance dans la production d’aliments pour volaille». Il a déclaré qu’après le succès de l’expérience de production de maïs jaune sur 79 hectares à Adrar en 2019, 8 900 hectares ont été programmés pour cultiver du maïs à Adrar, Al Menea, Ghardaïa, El Oued, Biskra, Naâma et Djelfa, ce qui permettra la production de 30 ou 35 000 tonnes au maximum et équivaudra à la fourniture de fourrage pour 6 mois. «Nous prévoyons que la moitié de nos besoins alimentaires seront satisfaits à l’horizon 2030», a-t-il estimé. En outre, Le président-directeur général de l’Office national des aliments du bétail et de l’élevage avicole a révélé que la consommation moyenne algérienne de viande blanche est d’environ 50 000 tonnes par mois, affirmant que sa production en Algérie dépasse les besoins du marché intérieur. Betraoui a souligné que les indicateurs de consommation de viande blanche en Algérie sont en ligne avec les indicateurs mondiaux qui atteignent 18 kg par personne, expliquant que la consommation moyenne de volaille en Algérie est de 15 kg par personne. Par ailleurs, s’exprimant sur les mesures prises, dans cette filière, pour la préparation du mois de ramadhan, l’intervenant de la Chaîne 1 de la Radio nationale a indiqué que «concernant les mesures prises pour assurer la commercialisation des produits consommés pendant le mois de ramadhan, les préparatifs pour les poussins et même les chambres froides sont en cours», expliquant que de la viande fraîche et surgelée sera fournie pour couvrir toutes les demandes. Dans ce contexte, il a ajouté que la consommation algérienne de viande blanche au cours du dernier mois de ramadhan a atteint 55 000 tonnes, et le Bureau, en coordination avec les éleveurs, cherchera à fournir environ 60 000 tonnes de viande au cours du mois de ramadhan de l’année en cours.

T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img