26.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Prix Abdelkrim-Dali: Des prestations de haut niveau en compétition

La compétition de la 3e édition du Prix Abdelkrim-Dali a pris fin, jeudi à Alger, avec les prestations des deux derniers jeunes talents en lice, Nawfel Ramdane et Asma Hamza devant un public nombreux.

Après trois jours de compétition sur la scène de l’Auditorium du Palais de la Culture Moufdi-Zakaria, les dernières prestations ont été rendues, et le jury présidé par Noureddine Saoudi s’est retiré pour délibérer, non sans avoir apprécié les contenus de Nawfel Ramdane et Asma Hamza, qui se sont exprimé sur les noubas, « Zidane » et « Sika », respectivement.

Nawfal Ramdane, au luth, a choisi Noubet Zidène pour faire valoir son talent et les pièces, « Ana qad kana li khalil » (Inqilab), « Bi dhimam el hawa wa hosn el widad » (m’çaddar), « Mata nastarihou » (derdj), « Ya ghayat el maqsoud » (n’çraf) et « Amchi ya Rassoul » (Kh’lass).

Très applaudi par l’assistance, Nawfal Ramdane, qui enregistre ainsi la première scène de sa carrière comme chanteur soliste, a fait part de « son bonheur de participer à ce concours ».

Pour sa part, Asma Hamza a livré une belle prestation, interprétant avec une voix pure et cristalline, Noubet Sika, et les pièces, « Bi Rabbi al’ladhi faradj » (m’çaddar), « Soltane errabiê aqbal » (derdj), « Ya chabih dhey el hilal » (n’çraf) et « Ya men dara men naâchaqou » (kh’lass).

Membre depuis 1999, de l’association « Essendoussia de musique andalouse qu’elle ne quittera jamais à ce jour, Asma Hamza a déjà pris part à de nombreuses tournées en Algérie et à l’étranger, en tant que violoniste avec des artistes de renom, à l’instar de Rym Hakiki ou Nouri Koufi.

Dirigés d’une main de maître par le maestro Naguib Kateb, les instrumentistes de l’Orchestre de la Fondation Abdelkrim-Dali, accompagnant les chanteuses et les chanteurs au programme de cette 3e édition, ont brillé de maitrise et de technique, à l’instar de Sara Lassali, une jeune violoniste virtuose promise à une belle carrière, qui, rayonnante dans ses accoutrements portant la tradition andalouse, réussissait de belles envolées phrastiques chaque fois qu’elle prenait en solo un istikhbar.

Ouverte le 21 février dernier, la 3e édition du Prix Abdelkrim-Dali s’achève vendredi à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaih lors d’une cérémonie de clôture où les noms des lauréats de cette édition seront révélés.

F.H

 

 

 

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img