15.9 C
Alger
lundi 20 mai 2024

Prison

Si l’on cite souvent le Japon comme l’exemple d’un pays où la sécurité règne, contrairement à la situation de nombreux pays occidentaux aujourd’hui, l’on oublie trop souvent les nombreux revers de médaille. L’un d’entre eux étant les conditions de vie des prisonniers dans les établissements carcéraux japonais. Menottées durant leur grossesse quasiment jusqu’à l’accouchement, séparées de leurs bébés et peu assistées quand elles vieillissent : les femmes détenues au Japon sont victimes de nombreux mauvais traitements, dénonce ainsi notamment l’ONG Human Rights Watch (HRW) dans un rapport dévoilé hier. Nombre de femmes incarcérées au Japon subissent de mauvais traitements, «souvent causés ou aggravés par le manque de moyens des prisons pour répondre à leurs besoins ou à leurs droits», selon ce rapport basé sur des entretiens avec près de 60 anciennes détenues au Japon, ainsi que 11 avocats et experts du droit pénal nippon. Près de 4 000 femmes étaient emprisonnées dans le pays en 2021 (soit moins de 9 % de sa population carcérale), pour la plupart condamnées pour des affaires de vol ou de drogue. Sur 184 femmes ayant accouché en détention entre 2011 et 2017, seules trois d’entre elles ont été autorisées à rester avec leur bébé, selon des données du ministère nippon de la Justice. «La séparation à la naissance peut être traumatisante et nuire à la fois à la santé de la mère et du nouveau-né, en perturbant l’allaitement maternel et la création du lien parent-enfant», souligne HRW. Les autorités carcérales japonaises «informent rarement» les mères détenues qu’elles ont le droit de demander de garder leur bébé jusqu’à 12 mois après sa naissance, critique l’ONG. Pour accoucher, les détenues au Japon sont généralement transférées vers la maternité la plus proche de leur lieu de détention. Mais elles restent souvent menottées jusqu’au moment d’entrer dans la salle d’accouchement, puis de nouveau dès qu’elles en sortent, ont admis des responsables du ministre de la Justice auprès de HRW. L’ONG estime aussi que le système carcéral japonais actuel «ne répond pas aux besoins du nombre croissant de prisonniers âgés», reflet du déclin démographique prononcé du pays. Or, en 2021, 20 % des femmes intégrant une prison au Japon avaient 65 ans et plus, soit près de quatre fois plus qu’en 2003, contre 13 % pour les détenus masculins. HRW émet encore d’autres griefs comme des services de santé insuffisants en prison ou encore l’usage «arbitraire et prolongé» du confinement solitaire. De nombreuses femmes condamnées au Japon pour des délits sont incarcérées parce que le code pénal nippon ne prévoit pas d’alternatives à la prison, comme les peines de travail d’intérêt général, regrette encore HRW. Reste à voir si le Japon fléchira face aux demandes des ONG ou si Tokyo préférera garder ses conditions d’incarcération certes rudes, mais qui semblent avoir un impact positif sur le reste de la population qui préfère dans sa grande majorité vivre une vie honnête pour éviter la prison et ses mauvaises conditions de vie.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img