4.9 C
Alger
jeudi 25 avril 2024

Préférence

Sachant que chacune de ses déclarations est scrutée minutieusement par les chancelleries et la presse occidentales, Vladimir Poutine connu de longue date pour sa grande intelligence, mesure certainement la portée de ses propos à chacune de ses sorties. Ainsi, lorsque le président russe déclare dans une interview diffusée mercredi 14 février qu’il préférait Joe Biden à Donald Trump à la Maison-Blanche, il sait bien que cela va créer de nombreuses réactions aux États-Unis où Poutine est considéré comme un ennemi avec lequel tout dialogue est désormais impossible. Interrogé par un journaliste pour savoir quel président serait meilleur pour la Russie, Poutine a répondu : « Biden, c’est une personne plus expérimentée. Il est prévisible, c’est un politicien à l’ancienne». Le président russe s’est pour autant refusé de commenter les débats aux États-Unis sur l’âge de Biden. « Lorsque j’ai rencontré M. Biden en Suisse, c’était il y a trois ans il est vrai, on parlait déjà de son incapacité, mais je n’ai rien vu de tel », a-t-il dit. « Ce que nous devons examiner, c’est la position politique et la position de l’administration américaine actuelle est extrêmement néfaste et erronée », a ajouté le présdient russe. Moscou « travaillera avec n’importe quel dirigeant américain en qui le peuple américain aura confiance », a-t-il encore affirmé. La campagne pour la présidentielle aux États-Unis a été secouée la semaine dernière par des commentaires dévastateurs d’un magistrat sur la mémoire défaillante du président américain, âgé de 81 ans. Ce constat a été rejeté par le camp de Joe Biden. La déclaration de Poutine pourrait sembler déconcertante de prime abord lorsque l’on sait que  l’ex-président Républicain Donald Trump a été accusé ces dernières années de faire le jeu de la Russie. Il a suscité l’indignation des Européens en menaçant dans une récente saillie d’encourager la Russie à s’en prendre aux pays de l’Otan dont les dépenses de défense sont jugées insuffisantes. Et il est un fervent opposant au financement de l’effort de guerre Ukrianien par son pays. Les aides américaines vers Kiev se chiffrant désormais à près de 100 milliards de dollar. Des aides que le peuple américain, qui finance tout cela avec ses impots a de plus en plus de mal à comprendre. Les déclarations de Poutine viennent également conforter chacuns dans ses convictions. Pour les supporters de Trump, Poutine met sans aucun doute en exergue la faiblesse et l’incapacité de Biden, alors que les partisans de ce dernier voient dans les dires du président russe une tentative de manipulation et la preuve que celui que le Kremlin veut à la Maison-Blanche n’est nul autre que le candidat Républicain. Reste à voir si les remarques de Poutine sur la politique Interieure des États-Unis auront un impact sur les débats de campagne présidentielle ou si les déclarations, comme tant d’autres émanants de personnalités de toutes horizons et importances seront noyées par l’actualité.

Fouzia Mahmoudi

 

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img