8.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Poursuivant ses efforts pour assurer la stabilité du marché: L’Opep+ décide de continuer à baisser sa production de 2 millions b/j

Les 13 membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses 10 alliés hors Opep, se dirigeraient vers une baisse de leur production à deux millions de barils par jour en décembre et janvier prochain. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés, ou Opep+, ont décidé, hier, lors de leur 34e réunion ministérielle, tenue par vidéo-conférence, de continuer à baisser la production pétrolière totale de l’alliance de 2 millions de barils par jour en décembre en cours et janvier prochain. Les 23 pays de l’Opep+ ont opté, concernant décembre et janvier, pour le maintien de leur plan de baisse de leur production globale, décidé lors de leur réunion à Vienne (Autriche) en octobre dernier, indique le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, qui a pris part, hier, par visioconférence, aux travaux de la 46e réunion du Comité ministériel conjoint de suivi (JMMC) et à la 34e Réunion ministérielle Opep-Non Opep. La réunion du JMMC était consacrée à l’examen de la situation du marché pétrolier international et à ses perspectives d’évolution à court terme ainsi que le respect des niveaux de la production des pays participants à la Déclaration de Coopération pour le mois d’octobre 2022. A l’issue de ces réunions, le ministre de l’Energie et des Mines a déclaré : «Nous avons tenu d’importantes réunions par visioconférence, aussi bien au niveau de l’Opep que de l’Opep+. Ces réunions nous ont permis d’échanger des points de vue constructifs sur la situation actuelle du marché pétrolier international et ses perspectives d’évolution au cours des prochaines semaines et des prochains mois», indique un communiqué du ministère. A la 185e réunion de la Conférence de l’Opep, «nous avons examiné des questions relatives à la gestion et au fonctionnement du Secrétariat général ainsi que des aspects liés aux moyens d’assurer la stabilité du marché pétrolier international à court, moyen et long terme», a ajouté le ministre Arkab. «Aujourd’hui, il nous est apparu que depuis plusieurs semaines, une accumulation de facteurs baissiers agissent négativement sur la volatilité des prix et la stabilité du marché pétrolier international. Les craintes liées à une récession économique mondiale, le ralentissement de l’économie chinoise, l’inflation élevée et un dollar fort pèsent sur les perspectives de croissance de la demande mondiale de pétrole alors que le marché est suffisamment approvisionné», a précisé le ministre.
Au terme des discussions, «nous avons décidé de poursuivre nos efforts communs au sein de l’Opep+ pour assurer la stabilité et l’équilibre du marché pétrolier international, conformément à l’accord que nous avons conclu le 5 octobre dernier à Vienne. Nous restons extrêmement vigilants à l’évolution des fondamentaux du marché pétrolier international». Pour rappel, la décision de l’Opep+ de baisser sa production de pétrole intervient pour soutenir le marché pétrolier dont les prix ont chuté ces dernières semaines pour se stabiliser entre 80 et 90 dollars le baril. Loin des niveaux atteints en mars dernier, suite à l’invasion par la Russie de l’Ukraine où les prix du pétrole avaient frôlé les 140 dollars.
Louisa A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img