17.9 C
Alger
jeudi 25 avril 2024

Pour un ramadhan sans risque: Lancement d’une campagne de sensibilisation au profit des jeûneurs

«Chaque année, les services des urgences médicales enregistrent de nombreux cas critiques après la rupture du jeûne en raison de la suralimentation», a indiqué le ministre de la Santé qui a lancé hier une plateforme numérique et une campagne nationale de sensibilisation au profit des jeûneurs, notamment ceux qui souffrent de maladies chroniques.

Par Thinhinane Khouchi

Durant le mois sacré du ramadhan, l’organisme doit s’adapter à une alimentation plus riche la nuit et à un temps de sommeil raccourci. En général, le jeûne n’occasionne aucun dégât sur la santé, à condition de se nourrir correctement. Mais souvent de nombreux cas critiques, même graves, sont pris en charge par les services de santé. Présidant hier une journée d’information et de sensibilisation sur le «Ramadhan et la santé», le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi, a indiqué que «la surconsommation des repas lors de la rupture du jeûne, riches en graisses et en sucres, donne souvent lieu à des complications qui peuvent être fatales à la santé du jeûneur». A cet effet, le ministre à procédé au lancement d’une campagne nationale sur «le jeûne pendant le mois de ramadhan et sur la manière dont les personnes atteintes de maladies chroniques gèrent le jeûne». Dans son discours, le ministre a indiqué qu’une plateforme numérique a également été créée, expliquant comment prévenir les effets du jeûne. Saihi a souligné que des médecins et le personnel du secteur ont été recrutés pour participer à l’explication des mesures préventives aux patients durant le mois sacré. Par ailleurs, concernant les personnes atteintes de maladies chroniques qui ont tendance à ignorer les mesures préventives avant d’entamer le jeûne et ne prévoient pas de se rendre chez leur médecin traitant pour décider de jeûner ou pas, le ministre de la Santé a indiqué que «les diabétiques ainsi que les personnes atteintes d’hypertension artérielle sont appelés à consulter leur médecin traitant». En effet, attirant l’attention des patients sur les risques accrus qui menacent leur santé en cas de jeûne sans le consentement du médecin traitant, le premier responsable du secteur de la Santé a assuré que «le jeûne n’est en aucun cas imposé aux personnes malades. Dans certain cas, il peut donner lieu à des complications qui risquent d’être fatales au malade, notamment durant le ramadhan». «Beaucoup de diabétiques observent le jeûne, ce qui peut nuire dans certains cas, à leur santé». Selon le ministre et beaucoup de spécialistes de la santé, «la préparation au jeûne des patients diabétiques et atteints d’hypertension est indispensable. L’évaluation de l’état de santé du patient permettra au médecin de l’autoriser à jeûner ou pas». «Il est difficile de faire accepter l’idée de ne pas jeûner aux personnes âgées diabétiques. Ces dernières préfèrent jeûner pendant le mois sacré du ramadhan et ne se soucient pas des conseils du médecin», a regretté le ministre.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img