26.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

Pour l’amélioration de la production agricole / Semences : huit accords avec des instituts et laboratoires universitaires

L’Algérie cherche à assurer sa sécurité alimentaire et à couvrir ses besoins nationaux, notamment en céréales et légumineuses, à travers l’implication de tous les acteurs du domaine agricole.

Par Louisa A. R.

Afin de développer des semences pour une utilisation future de manière scientifique et réfléchie dans l’amélioration de la production agricole, le ministère de l’Agriculture a signé huit accords dans le secteur agricole avec des instituts et laboratoires universitaires. «Les accords conclus s’inscrivent dans le cadre du programme fixé par le gouvernement de coopération avec les universités, qui vise à renforcer la capacité nationale en matière de semences et le retour de quelques anciennes variétés», a relevé le président du département du développement durable à l’Office national professionnel des céréales, Noureddine Omrani, sur les ondes de la Chaîne 1. L’économiste Mokhtar Allali a estimé que «l’implication de l’université dans la réalité agricole est une nécessité fondamentale, car elle constitue un développement économique par la recherche qui met en évidence les obstacles et les possibilités qui peuvent élever le niveau de la production agricole».

Appel à l’accélération de la réhabilitation du Barrage Vert
La situation des instituts et des centres, notamment après l’entrée en service de la Banque nationale des semences pour le secteur de l’Agriculture a été passée en revue hier, lors d’une réunion de coordination et de concertation entre le ministre du secteur et les directeurs généraux des différents instituts et centres techniques et scientifiques sous tutelle, ainsi que des cadres centraux. Le ministère de l’Agriculture a relevé, dans un communiqué, que ces organismes veillent en priorité à assurer la pérennité de ces semences, à travers l’orientation de leurs activités scientifiques et techniques vers une approche économique. Le premier responsable du secteur de l’Agriculture a appelé, lors de cette réunion qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des orientations du gouvernement visant la restructuration des instituts et des centres sous tutelle, à la nécessité de travailler dans un cadre participatif en mobilisant tous les moyens et les capacités disponibles afin de permettre aux chercheurs d’élargir leurs domaines de travail et d’améliorer leurs compétences scientifiques. Le ministre a également mis en avant l’impératif de donner aux jeunes compétences ainsi qu’aux cadres l’opportunité de consolider leurs connaissances et expériences pour pouvoir répondre aux exigences de modernisation des systèmes de production, d’irrigation et d’utilisation rationnelle des terres agricoles et des ressources génétiques, biologiques, animales et végétales, poursuit la même source. Dans le cadre de l’élargissement du couvert végétal et de l’activation du programme national de reboisement, le ministre a instruit la Direction générale des forêts (DGF) et l’Institut national de la recherche forestière (INRF) de préparer le lancement de la plus grande opération de reboisement lors de la prochaine saison de reboisement. Cette opération ciblera les régions habilitées, notamment les zones montagneuses, les plateaux et les régions du Sud. Il a également insisté sur l’accélération de l’opération de réhabilitation du Barrage Vert.
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img