12.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Pour adapter l’université au monde du travail: Vers une «double licence» dans certaines spécialités

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Kamel Baddari, a annoncé, hier, l’ouverture du débat autour du projet de création de la «double licence» dans certaines spécialités connexes dans le but de s’adapter aux exigences du monde du travail.
Dans une allocution, à l’ouverture de la Conférence nationale des universités, le ministre a fait savoir que l’idée de création de la double licence «est actuellement à l’étude», précisant qu’il s’agit d’un parcours permettant aux bacheliers de poursuivre deux cursus universitaires au cours de la même période pour obtenir deux diplômes qui appuient leur implication dans la vie socio-économique.
Pour les mécanismes d’application de ce projet, il a indiqué que ses services «examineront les moyens devant permettre aux étudiants de concilier les deux cursus, en faisant l’équilibre entre l’enseignement en présentiel et l’enseignement à distance, ou en organisant les deux spécialités dans le même établissement universitaire ou le même département».
Par ailleurs, Baddari a fait état du lancement d’une «restructuration des domaines de formation et de leur réduction de 15 actuellement à cinq grands domaines qui permettent au nouveau bachelier de s’intégrer dans un premier temps à l’environnement universitaire et de se familiariser avec les spécialités de son domaine au cours de la première année universitaire, ce qui facilite le choix de la spécialité qui répond le mieux à ses aspirations».Concernant le bilan du secteur, il a indiqué que ses services avaient enregistré dernièrement «des résultats positifs», d’autant que le secteur a pu réaliser «un taux de
83,03 % des objectifs du programme d’action du gouvernement ces trois dernières années, et prendre en charge à 100 % les programmes depuis septembre 2022». Ainsi, le ministre a mis en exergue l’importance d’«accélérer le rythme de travail et de mettre en œuvre les procédures définies dans le cadre du plan du secteur».
Les établissements universitaires sont appelés, lors de la prochaine étape, «à créer de nouveaux parcours de formation adaptés à l’environnement socio-économique», a-t-il poursuivi, appelant les recteurs des universités à faire de 2023 «l’année de l’intelligence artificielle». Au sujet des start-up, Kamel Baddari a rappelé la nouvelle stratégie adoptée par le secteur, à travers l’arrêté ministériel 1275 (un diplôme-une start-up et un diplôme-un brevet d’invention), laquelle stratégie, précise-t-il, a favorisé «la création de 91 start-up et 49 nouveaux incubateurs, outre l’enregistrement de 270 demandes de dépôt de brevets d’invention».

Massi S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img