28.9 C
Alger
mardi 16 août 2022

Plus de 1300 cas enregistrés en une seule journée: Prise de conscience palpable, en attendant la vaccination

Malgré la hausse des cas de contamination par le Covid-19, les gens restent réticents quant
à l’idée de se faire vacciner. Mais depuis quelques jours, une prise de conscience du danger
de cette pandémie est palpable dans les lieux publics, ce qui reflète la peur, la maturité et la responsabilité chez les citoyens.

Par Thinhinane Khouchi
L’attitude du citoyen algérien a «changé» depuis l’augmentation des cas de contamination. En effet, après un relâchement constaté au niveau des différents lieux : écoles, postes, transports, marchés…, les gens commencent à prendre au sérieux les appels des spécialistes quant à la prévention contre le virus et à respecter les orientations des pouvoirs publics portant application de ces mesures. À Alger, cette prise de conscience est palpable. Dans les transports publics, à titre d’exemple, sur vingt personnes, trois seulement ne portent pas de masque. Et même si la distanciation tarde à se faire respecter, des femmes et des hommes tentent de garder leurs bavettes. En outre, le gel hydro-alcoolique est de retour dans les poches des citoyens, ce qui reflète la prise de conscience quant à la dangerosité du Covid-19. Au niveau des marchés de la capitale, certains consommateurs tentent d’éviter les rassemblements et d’asperger leur monnaie de gel pour minimiser la contamination. Samia, mère de trois enfants souffrant de maladie chronique a souloigné : «Je ne prends pas le risque de me balader sans masque. Les cas de contamination sont de plus en plus importants. On assiste quotidiennement à la contamination de familles entières au Covid-19, au décès de proches. Je ne veux donc pas me faire contaminer ou véhiculer ce virus et le transmettre à ma famille». Notre interlocutrice nous confie : «Il est vrai qu’il y a une catégorie de personnes qui ne veulent pas prendre au sérieux les risques de cette pandémie, mais moi je souffre de diabète, donc je dois me protéger». Questionnée sur le vaccin anti-Covid, cette dernière a exprimé sa réticence. «J’hésite encore à le faire, je redoute les risques d’effets secondaires et les complications qui pourraient me coûter la vie». Cet avis n’est pas propre à notre interlocutrice seulement, plusieurs citoyens partagent cette crainte et hésitent à se faire vacciner. A ce propos, plusieurs spécialistes et responsables réitèrent quotidiennement leurs appels à la vaccination qui peut sauver des vies. Selon les spécialistes de la santé, notamment Fawzi Derrar, directeur général de l’Institut Pasteur Algérie, «il faut que nos concitoyens comprennent qu’il est fondamental de revenir vers une adhésion massive à la vaccination et un respect strict des mesures barrières afin de rendre les mesures stratégiques efficientes», précisant que la vaccination peut minimiser les dégâts et sauver des vies. De son côté, le Comité scientifique de suivi de la pandémie, par le biais de ses membres, appelle a une vaccination massive contre ce virus. Enfin, déplorant l’existence d’une catégorie de personnes qui s’estiment suffisamment immunisées contre ce virus, notamment les jeunes, pour ne pas se vacciner ou se prémunir, le Comité appellent les citoyens qui se sont fait vacciner à inciter les autres à faire de même.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img