17.9 C
Alger
jeudi 25 avril 2024

Phrases

Emmanuel Macron a depuis le début de son premier mandat eu un problème avec les «petites phrases» qui lui ont valu de vives critiques au sein de la classe politique, mais surtout sur les réseaux sociaux. Cette semaine encore, une sortie du président français a fait la Une d’un média, mettant le feu aux poudres. L’Élysée a rapidement démenti ce samedi matin la citation attribuée à Emmanuel Macron, en Une du quotidien «La Marseillaise» ce samedi 24 février. Alors que la visite du président de la République est chahutée au Salon de l’agriculture, le journal des Bouches-du-Rhône prête au chef d’État la phrase suivante : «Les smicards préfèrent des abonnements VOD à une alimentation plus saine». Interrogé lors du Salon de l’agriculture sur ce sujet, Emmanuel Macron a assuré n’avoir jamais employé «une formule comme celle-ci». «Le problème que nous avons dans notre pays aujourd’hui, c’est que la part du revenu que les Français allouent à l’alimentation, en 30 ans, elle a baissé. C’est-à-dire que les gens, ils dépensent plus d’argent pour le logement, pour les abonnements téléphoniques, pour des voyages, pour la télévision. Le mode de vie a changé», a expliqué le chef de l’État, fustigeant au passage «la déontologie» des journalistes ayant relayé ces propos. Cette phrase n’a toutefois pas été inventée par «La Marseillaise» : elle figure noir sur blanc dans un communiqué publié le 19 février par le Mouvement de défense des exploitants familiaux (MODEF), un petit syndicat d’agriculteurs dont une délégation de quatre représentants, comprenant son président Pierre Thomas, a été reçue à l’Élysée le 15 février dernier. Seuls les représentants du MODEF et des conseillers de la présidence ont assisté à cet échange avec Emmanuel Macron. Quatre jours plus tard, le 19 février, le MODEF a publié un communiqué de presse se réjouissant notamment que sa revendication de prix minimum garanti par l’État «fait son chemin», et a résumé à cette occasion la teneur de l’échange avec le chef de l’État : «Notre syndicat revendique une Agriculture familiale à taille humaine faite d’un million de
paysans ! Le président de la République s’est clairement exprimé contre ce modèle. Pire, lorsque nous avons évoqué les difficultés des producteurs bios, il nous a répondu que ‘’les smicards préfèrent téléphones et abonnements VOD plutôt qu’une alimentation plus saine’’». Le secrétaire national du MODEF, Olivier Morin, confirme ce samedi au «Figaro» que la phrase du président de la République a bien été tenue en ces termes exacts : «On est quatre à l’avoir entendue, il a dit précisément ces mots», assure-t-il, ajoutant que ces propos ont été tenus lors d’un échange au cours duquel Emmanuel Macron reconnaissait les difficultés, pour les consommateurs, à se tourner vers des denrées alimentaires de meilleure qualité mais plus chères. Le communiqué du MODEF n’a pas déclenché de polémique, mais la reprise de cette citation en Une de «La Marseillaise» a mis l’Élysée dans l’embarras. «C’est objectivement scandaleux. C’était un dialogue avec le MODEF à huis clos. Le sujet de la part des dépenses dans l’alimentation a été évoqué, mais pas en ces termes», a réagi l’entourage du président. «Par ailleurs, on ne publie pas entre guillemets une phrase du président de la République en Une sur la base de propos rapportés et sans vérification aucune». Et si cette petite polémique semble bien dérisoire comparée aux enjeux de la crise du monde agricole, c’est la répétition de la même bourde qui exaspère. «Le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler !», «Du travail, moi je traverse la rue, je vous en trouve» ou «Une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien». Des phrases qui en s’accumulant font ressortir l’aspect un peu méprisant de Macron et surtout sa façon peu élégante de penser aux catégories les plus défavorisées parmi ses concitoyens.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img