12.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Phase de poules : 2,45 millions de spectateurs ont assisté aux 48 premiers matchs

2,45 millions de spectateurs ont assisté aux 48 premiers matchs de la phase de poules de la Coupe du monde Qatar 2022, soit un taux de fréquentation de 96 %, a indiqué, samedi, la Fédération internationale de football (Fifa). Avec ce taux de fréquentation de 96 %, Qatar 2022 fait mieux que l’édition 2018, où la phase de groupes avait attiré 2,17 millions de supporters dans les enceintes de Russie, selon l’instance internationale. Le match entre l’Argentine et le Mexique a vu le stade Lusail accueillir 88 966 personnes, le total le plus élevé en Coupe du Monde de la Fifa depuis la finale d’Etats-Unis 1994. Sur le terrain, les résultats reflètent la hausse de la compétitivité à l’échelle mondiale. C’est en effet la première fois que les cinq continents sont représentés en huitièmes de finale. L’AFC a établi un nouveau record avec la présence dans la phase à élimination directe de trois de ses pays (Australie, Japon et République de Corée). Elle fait mieux que lors des éditions 2002 et 2012, où deux de ses représentants s’étaient extirpés des poules. L’Afrique a également des raisons de se réjouir puisque le Sénégal et le Maroc se sont invités dans la cour des grands. Une seule autre édition, Brésil 2014, avait vu deux pays de la CAF atteindre ce stade avec l’Algérie et le Nigeria. Une nouvelle page de l’histoire du football s’est écrite à l’occasion d’Allemagne-Costa Rica, lorsque Stéphanie Frappart est devenue la première femme à arbitrer un match de la Coupe du Monde masculine. Avec Neuza Back et Karen Daz Medina, elle a également formé le premier trio arbitral féminin de l’histoire de la compétition. Le Portugais Cristiano Ronaldo est entré lui aussi dans les annales. Grâce à son but contre le Ghana, il est le premier joueur à marquer lors de cinq éditions différentes de la compétition. De nombreuses rencontres ont battu des records annuels d’audience. Ainsi, Angleterre – Etats-Unis est devenu le match de football le plus regardé de l’histoire de la télévision américaine. «Le dénouement de cette phase de groupes montre que les pays capables de rivaliser au plus haut niveau sont de plus en plus nombreux», estime Arsène Wenger, directeur du développement du football mondial de la Fifa. «Cela est dû à une amélioration de la préparation et de la capacité d’analyse de l’adversaire, deux phénomènes qui traduisent un accès plus homogène aux outils technologiques. Ce constat s’inscrit dans la démarche de la Fifa, qui aspire à accroître la compétitivité du football à l’échelle mondiale».

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img