21.9 C
Alger
jeudi 30 juin 2022

Pétrole: L’Opep+ va augmenter la production à partir du mois de mai

Confiante en une reprise soutenue par les campagnes de vaccination contre le Covid-19, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole a décidé d’alléger progressivement les coupes de production d’or noir décidées à cause de la crise liée à la pandémie.

Par Meriem Benchaouia

La décision a surpris bon nombre d’observateurs du marché, qui tablaient sur un maintien de la situation actuelle. Mais, signe d’une possible reprise économique mondiale, les pays producteurs de pétrole liés par l’accord Opep+, emmenés par l’Arabie saoudite et la Russie avec la participation du ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, ont décidé, jeudi, d’ouvrir petit à petit les vannes et d’alléger progressivement leurs coupes de production d’or noir. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses dix alliés (Russie, Mexique, Kazakhstan, Azerbaïdjan, Bahreïn, Brunei, Malaisie, Oman, Soudan et Soudan du Sud) augmenteront ainsi le volume de 350 000 barils par jour en mai et juin, puis de 441 000 barils en juillet, a précisé le ministre saoudien de l’Energie et chef de file de l’alliance, Abdelaziz Ben Salmane, lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion. Cette conclusion est le fruit de trois heures de négociations à huis clos. Le club des vingt-trois producteurs laisse quotidiennement sous terre 7 millions de barils et ajuste ce volume mois après mois. L’objectif est de ne pas inonder le marché avec un or noir qu’il ne peut absorber en raison des dégâts économiques causés par la pandémie de Covid-19. Sans une telle stratégie, les risques de saturation des capacités de stockage limitées, et de chute des prix, convalescents aux alentours de 60 dollars le baril (51 euros environ) mais toujours fragiles, sont bien réels. A cette coupe commune viennent s’ajouter 1 million de barils soustraits par Riyad depuis février et qui reviendront également par paliers sur le marché, a détaillé Abdelaziz Ben Salmane.

Le taux de conformité a atteint 115 % en février
Ils ont reconnu les améliorations du marché soutenues par les programmes mondiaux de vaccination et les plans de relance dans «les économies-clés», mais ont noté que «la volatilité observée ces dernières semaines justifie une approche prudente et vigilante continue dans le suivi de l’évolution du marché». La réunion a observé, par ailleurs, qu’en février, les stocks de pétrole des pays de l’Ocde ont baissé pour le septième mois consécutif, tout en restant au-dessus de la moyenne 2015-2019. Ainsi, elle s’est félicitée de «la performance positive» des pays participants, affirmant que la conformité globale a atteint 115 % en février 2021, renforçant la tendance à une conformité globale élevée des pays participants. Les ministres ont noté que depuis la réunion d’avril 2020, l’Opep+ avait contribué à ajuster l’offre mondiale de pétrole à la baisse de 2,6 milliards de barils de pétrole à la fin de février 2021, ce qui a accéléré le rééquilibrage du marché pétrolier. Ils ont exprimé «leurs remerciements» aux pays qui ont soumis des plans pour les déficits de compensation antérieurs et continuent de travailler pour compenser les volumes surproduits, en exhortant tous les participants à parvenir à «une pleine conformité pour atteindre l’objectif de rééquilibrage du marché et éviter des retards indus dans le processus». A cet égard, les ministres ont accepté la demande de plusieurs pays qui n’ont pas encore achevé leur compensation d’une prolongation jusqu’à fin septembre 2021. Les pays participants ayant des volumes surproduits en suspens soumettront leurs plans de mise en œuvre de toute compensation requise pour les volumes surproduits au Secrétariat de l’Opep avant le 15 avril 2021, souligne le communiqué final. Les prochaines réunions du Comité ministériel conjoint de suivi (JMMC) et des ministres de l’Opep et non Opep sont prévues pour le 28 avril 2021.
M. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img