28.9 C
Alger
mardi 16 août 2022

Pétrole: Le prix du Brent à 72,49 dollars à Londres

Les investisseurs «surveillaient de près», hier, les dégâts de l’ouragan Ida qui «s’abat sur les Etats américains du golfe du Mexique», relève Jeffrey Halley, analyste de Oanda.

Par Salem K.

Les prix du pétrole ont légèrement reculé hier sur les marchés, les investisseurs se montrant attentifs aux conséquences sur la production américaine du passage de l’ouragan Ida avant le sommet de l’Opep+ prévu mercredi.
Vers 09h55 GMT (10h55 à Alger), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 72,49 dollars à Londres, en baisse de 0,29 % par rapport à la clôture de vendredi.
A New York, le baril américain de WTI pour le même mois perdait de son côté 0,73 % à 68,24 dollars.
Les cours des deux références du brut de part et d’autre de l’Atlantique ont affiché vendredi des gains hebdomadaires records en 2021, de plus de
10 %.
Les investisseurs «surveillaient de près, hier, les dégâts de l’ouragan Ida qui s’abat sur les Etats américains du golfe du Mexique», relève Jeffrey Halley, analyste de Oanda.
Classé en catégorie 4 lorsqu’il a touché terre dimanche peu avant 17h00 GMT, l’ouragan s’est cependant affaibli dans la nuit de dimanche à lundi, a indiqué le Centre national des ouragans (NHC) dimanche dans son bulletin de début de soirée.
«Les premières évaluations semblent indiquer que les installations de production de pétrole brut dans le golfe du Mexique ont pour la plupart échappé aux dommages», a précisé Bjarne Schieldrop, de Seb.
L’ouragan a cependant entraîné l’arrêt de 95 % de la production pétrolière américaine du golfe du Mexique, selon le Bureau de régulation de l’environnement et de la sécurité (BSEE) dans un communiqué publié sur son site dimanche.
Les investisseurs sont par ailleurs tournés vers le sommet de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses alliés via l’accord Opep+, qui se tiendra par visioconférence demain mercredi.
L’Organisation doit évaluer sa politique actuelle, décidée le 18 juillet, à savoir continuer à augmenter sa production après
l’avoir réduite l’an dernier pour assurer la stabilité des prix impactés par le recul de la demande mondiale.
S. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img