26.9 C
Alger
vendredi 7 octobre 2022

Pétrole: Le Brent recule à moins de 65 dollars

Le pétrole est tombé hier alors qu’un porte-conteneurs bloquant le canal de Suez pendant près d’une semaine a été partiellement renfloué, ce qui laisse supposer que la voie navigable très fréquentée serait bientôt rouverte et que la demande de carburants en Europe est restée faible. Dans la matinée, le pétrole Brent était en baisse de 29 cents, ou 0,5 %, à 64,28 dollars le baril. Le brut américain a chuté de 55 cents, ou 1 %, à 60,42 dollars le baril.
«Maintenant que la mini-crise de Suez est en voie de résolution, le marché pétrolier est à nouveau laissé à lui-même», a déclaré un analyste chez PVM Oil Associates, ajoutant que l’attention se portera de nouveau sur la prochaine réunion de l’Opep le 1er avril, les programmes d’investissement américains pour les infrastructures et la hausse apparemment imparable des taux d’infection dans plusieurs régions du monde. Le porte-conteneurs échoué, Ever Given, a été partiellement flotté et redressé dans le canal, et d’autres opérations de remorqueurs devraient reprendre lorsque la marée montera plus tard lundi (hier). Les prix ont fortement fluctué au cours des derniers jours alors que les commerçants et les investisseurs tentaient de peser l’impact du blocage d’un point de transit commercial clé et l’effet plus large des verrouillages pour arrêter les infections à coronavirus. La volatilité du marché devrait se poursuivre, ont prédit des analyste principal du marché chez Oanda. «Compte tenu de la volatilité de la semaine dernière, le Brent devrait se déplacer vers le bas de sa fourchette de 60,00 dollars à 65 dollars le baril», ont-il prévu, tandis que le pétrole américain «devrait chuter vers le bas de sa fourchette hebdomadaire de 57,50 dollars à 62,50 dollars le baril». Le marché reçoit un certain soutien des attentes selon lesquelles l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés maintiendront des niveaux de production inférieurs lorsqu’ils se rencontreront cette semaine. Le renouvellement des verrouillages en Europe pour freiner une vague d’infections à coronavirus et la faible demande de carburant ont également fait pression sur les prix.
Saïd H.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img