19.9 C
Alger
lundi 3 octobre 2022

Pétrole: Le Brent à 63,76 dollars à Londres

Les prix du pétrole repartaient à la hausse hier, après un accès de faiblesse la veille, dans l’attente d’une première réunion de l’Opep+ plus tard dans la journée et du sommet ministériel de l’organisation et ses alliés aujourd’hui.
Hier matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai gagnait 1,69 % à Londres par rapport à la clôture de la veille, à 63,76 dollars.
Dans le même temps, le baril américain de WTI pour avril s’appréciait de 1,61 % à 60,71 dollars. La veille, les deux contrats de référence avaient cédé du terrain, le WTI repassant sous la barre des 60 dollars le baril pour la première fois depuis le début de la semaine passée. «Les investisseurs sont en mode attentiste avant la réunion de l’Opep», a commenté Carlo Alberto de Casa, analyste. Les vingt-trois de l’alliance Opep+, qui regroupe les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et dix alliés, se sont retrouvés hier par visioconférence à l’occasion du désormais mensuel Comité de suivi de l’accord en vigueur de réduction de la production du groupe (JMMC).
Mardi, le secrétaire général de l’Opep, Mohammed Barkindo, a souligné l’amélioration des perspectives du marché pétrolier mondial et de l’économie en général, selon un communiqué mis en ligne par le groupe. Il a également incité à la «prudence».
La principale réunion de la semaine pour le groupe de producteurs reste le sommet ministériel prévu aujourd’hui. Lors du premier de 2021 début janvier, l’alliance des vingt-trois avait convenu, après deux jours d’âpres négociations, d’ouvrir petit à petit les vannes jusqu’en mars, se donnant rendez-vous à ce moment-là pour statuer sur la politique à mener à compter d’avril prochain. Le marché digère, par ailleurs, la publication mardi par l’American Petroleum Institute (API), la fédération qui regroupe les professionnels du secteur pétrolier aux Etats-Unis, de stocks de brut en hausse de 7,4 millions de barils la semaine passée dans le pays.
L’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA), aux estimations jugées plus fiables, a publié ses chiffres plus tard dans la journée.Selon la médiane d’analystes interrogés par l’agence Bloomberg, les stocks sont à l’inverse attendus en baisse, de 1,3 million de barils.
Samia Y.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img