12 C
Alger
mercredi 27 janvier 2021

Pétrole: Le Brent à 47,82 dollars à Londres

Les prix du pétrole étaient proches de l’équilibre hier en première partie de séance européenne, peu perturbés par le décalage à jeudi de la réunion Opep+ prévue hier. Hier matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, perdait 0,13 % par rapport à la clôture de lundi, à 47,82 dollars.
A New York, le baril américain de WTI pour le mois de janvier lâchait 0,26 % à 45,22 dollars.
Le marché «ne semble pas trop préoccupé dans l’ensemble», a jugé Bjarne Schieldrop, analyste, et ce parce que «chaque jour nous rapproche de la fin de l’épisode Covid-19». Les nouvelles encourageantes partagées le mois dernier par plusieurs laboratoires pharmaceutiques sur le développement de vaccins efficaces contre le Covid-19 ont déjà permis aux deux cours de référence du brut d’engranger aux alentours de 25 % le mois dernier, leur meilleure performance mensuelle depuis le mois de mai. Les rebondissements dans les discussions et l’agenda des réunions de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) cette semaine ne semblaient pas inquiéter outre mesure les investisseurs. Après plus de quatre heures de conclave hier, les treize membres de l’organisation ont repris leurs pourparlers pour tenter d’arrêter une position commune sur leurs quotas de production à venir dans un marché déprimé par la pandémie de Covid-19. La poursuite des échanges au sein de l’alliance de producteurs s’accompagne du décalage à jeudi de la seconde partie du sommet, prévue initialement hier, qui rassemble non seulement les membres de l’Opep mais aussi leurs alliés de l’Opep+ dont la Russie. Même si cette décision est interprétée sur le marché comme le reflet de discussions poussives, voire de réels désaccords, il reste «fort probable qu’un accord sera conclu», veut croire M. Schieldrop.
Nabila T.

Article récent

--Pub--

Articles de la catégorie

- Advertisement -