13.9 C
Alger
mercredi 7 décembre 2022

Pétrole: Le baril de Brent progresse à 74,89 dollars

Les prix du pétrole brut regagnaient hier une partie du terrain cédé la veille, soutenus par le resserrement de la production aux Etats-Unis, la demande chinoise restant un sujet d’inquiétude pour les investisseurs.
Dans la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 74,89 dollars à Londres, en hausse de 1,31 % par rapport à la clôture de la veille.
A New York, le baril de WTI pour octobre, dont c’est le dernier jour de cotation, avançait de 1,45 % à 71,31 dollars.
Des analystes ont mis en avant les préoccupations croissantes concernant l’offre aux Etats-Unis, où la production reste faible dans le golfe du Mexique à la suite du passage de l’ouragan Ida il y a près d’un mois.
Le groupe anglo-néerlandais Royal Dutch Shell a évoqué lundi, dans un communiqué, les échéances du dernier trimestre 2021 et du premier trimestre 2022 pour la reprise de certaines de ses installations.
A date, «environ 60 % de la production exploitée par Shell dans le golfe du Mexique est de nouveau en service», est-il indiqué.
Le Bureau de régulation de l’environnement et de la sécurité (BSEE) a indiqué de son côté lundi que les plateformes tournaient à près de 82 % de capacité.
Mais les investisseurs restaient prudents à la veille du résultat de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale américaine (Fed) – qui peut faire bouger le dollar et par réaction les prix du brut – et de la publication par l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) de l’état des stocks de brut aux Etats-Unis.
L’inquiétude plane aussi sur la consommation du premier importateur de brut au monde, la Chine, secouée par la situation du promoteur immobilier Evergrande au bord de la faillite. M. O.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img