18.9 C
Alger
mercredi 29 juin 2022

Pétrole: Le baril à 111 dollars

Les cours du pétrole ont reparti à la hausse, vendredi 11 mars, après le reflux observé la veille. La tendance haussière devrait persister en raison de multiples facteurs. En fait, les prix sont toujours soutenus par les craintes persistantes de perturbations de l’offre d’or noir, découlant du conflit entre la Russie et l’Ukraine, dans un marché déjà tendu. Avant midi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai prenait 1,69% à 111,18 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en avril montait de 1,91% à 108,04 dollars. « Le marché pétrolier reste tendu et sous-approvisionné », jugent des analystes du marché énergétique.

« Les prix ont encore de nombreuses raisons de revenir sur leurs récents sommets, bien que le pétrole se soit calmé après son pic du début de la semaine », affirment-ils. Jeudi, les cours du pétrole ont reculé, après que le président russe Vladimir Poutine a assuré que la Russie maintenait toutes ses livraisons d’hydrocarbures, malgré les sanctions occidentales.

Le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en mai, a reculé de 1,62% à 109,33 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en avril a chuté de 2,46% à 106,02 dollars. Faut-il rappeler que le Royaume-Uni avait exhorté, mercredi, l’ensemble des pays du G7 à « mettre fin à leur utilisation de pétrole et gaz russes », à l’instar de Londres et de Washington. Le président russe Vladimir Poutine a prévenu jeudi que les sanctions occidentales visant son pays allaient aggraver la crise énergétique et l’inflation des prix alimentaires à l’échelle mondiale.

Massi S.

 

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img