26.9 C
Alger
dimanche 26 juin 2022

Pénétrante de Tizi Ouzou à l’autoroute Est-Ouest : Les entreprises turques réclament 15 milliards de dinars par an pour livrer le projet dans les délais

Les entreprises turques en charge de la réalisation de la pénétrante de la wilaya de Tizi Ouzou à l’autoroute Est-Ouest réclament des crédits de paiement à raison de 15 milliards de dinars par an pour pouvoir livrer le projet dans les délais contractuels.

Par Hamid Messir

C’est ce qui ressort de la énième visite du chantier effectuée hier par le wali de Tizi Ouzou, Djilali Doumi, et le président de l’Assemblée populaire de wilaya (APW), Mohamed Kalalèche,  en présence du directeur général de l’Algérienne des autoroutes (ADA), Mohamed Khaldi. A l’adresse de ces responsables, le directeur général du groupement d’entreprises turques (One et Ozgun), Mehmet S. Oguz,  a précisé qu’il «nous faut 15 milliards de dinars de crédits de paiement par année pendant trois années pour achever le projet», soulignant qu’«un cumul de situations financières impayées a atteint les 2 milliards  de dinars et qu’en 2022 aucune dotation financière n’a été accordée pour le chantier». A en croire le responsable turc, le groupement a été contraint d’injecter 75 millions d’euros sur fonds propres pour la prise en charge des travaux en cours. Il n’a pas manqué de mettre en avant la dévaluation de la monnaie et la hausse des prix de certains matériaux de construction fortement utilisés sur ce chantier comme l’acier.
De son côté, le DG de l’ADA, a indiqué que la demande d’un avenant pour porter le montant de l’enveloppe financière allouée au projet de 100 à 130 milliards de dinars était examinée en arbitrage hier même par la Commission nationale des marchés publics. Pour le P/APW de Tizi Ouzou, le chantier bute sur deux contraintes, le manque de crédits de paiement et le relogement d’une soixantaine de familles dont les habitations sont implantées sur le tracé de la pénétrante. Il a saisi l’occasion pour interpeller les autorités afin de prendre en charge l’opération de relogement de ces familles, suggérant le règlement de la question par le ministère de l’Habitat. Le wali de Tizi Ouzou a invité les responsables en charge du projet à établir le planning des travaux restants afin de mieux suivre l’évolution du chantier, tout en déplorant le taux faible d’avancement réalisé ces dernières semaines. Sur le terrain, le taux global d’avancement a atteint les 55 % avec des contraintes liées au relogement des familles dont les habitations se trouvent sur l’emprise du chantier, le taux réduit des moyens humains mobilisés, soit seulement 800 ouvriers, ce qui équivaut à un tiers de l’effectif nécessaire pour un avancement régulier dans la cadence des travaux.
H. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img