16.9 C
Alger
samedi 10 décembre 2022

Pêche /PLF 2023: Plus de 6 milliards de DA affectés aux autorisations d’engagement

Le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques, Hicham Sofiane Salaouatchi, a affirmé, samedi à Alger, que dans le cadre du projet de loi des finances (PLF 2023), une enveloppe financière de plus de 6 milliards de DA a été affectée aux autorisations d’engagement et plus de 4,83 milliards de DA aux crédits de paiement.

Par Halim N.
Cette déclaration a été faite au cours d’une audition devant la Commission des finances et du budget de l’APN, dans le cadre du débat du PLF 2023, présidée par Lakhdar Salmi, président de la
Commission, en présence de la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar.
Dans ce cadre, le ministre a indiqué que sur un total d’autorisations d’engagement estimé à 6,67 milliards de DA, 510 millions de DA ont été affectés à la pêche, 253 millions de DA à l’acquaculture, 2,47 milliards de DA au contrôle des activités et des produits de la pêche et de l’aquaculture et 3,44 milliards de DA à l’Administration publique. S’agissant du classement par nature économique des dépenses, sur les 6,67 milliards de DA de licences d’engagement, 1,66 milliard de DA ont été consacrés aux dépenses des employés, plus de 3 milliards de DA aux dépenses d’investissement, 265,5 millions de DA aux dépenses de gestion des services et 1,8 milliard de DA aux dépenses des transferts.
M. Salaouatchi a fait part de l’introduction de dispositions dans le cadre du PLF-2023, citant l’amendement de l’article 138 du code des impôts directs et des taxes assimilées en vue d’exonérer les coopératives de pêche et d’aquaculture de l’impôt sur les bénéfices des sociétés (IBS). Concernant les indices du secteur de la Pêche, le ministre a évoqué le renforcement de la flotte avec 161 bateaux (de 5 862 bateaux en 2020 à 6 023 actuellement), outre la hausse de la production aquacole à 3 212 tonnes (de 4 788 tonnes à 8 000 tonnes). En outre, la production de la pêche a augmenté d’un taux de 48,16 %, une hausse imputée par le ministre à la hausse de la production des poissons pélagiques (petits et grands). La hausse de la production de poisson prévue en 2023 et 2024 d’une moyenne de croissance, respectivement de 12 % et 27 % à plusieurs projets d’aquaculture et de pêche en haute mer ciblant d’autres types, a estimé le ministre. Les produits aquacoles ont contribué avec un taux de 4,91 % de la production totale de poissons. Ce taux a atteint 6,90 % en 2022, tandis que les produits d’aquaculture devront contribuer avec un taux de 14,46 % à la production totale en 2024, a ajouté le ministre.
A ce propos, le ministre a fait savoir que le nombre des wilayas disposant de fermes d’aquaculture marine est passé de 6 wilayas en 2021 à 9 en 2022, précisant que le nombre de ces wilayas est appelé à augmenter en 2023 avant de les généraliser ce type de ferme en 2024 à toutes les wilayas côtières.
S’agissant de l’indicateur de consommation des produits halieutiques (2020-2024), le ministre a indiqué que l’indicateur a augmenté de 2,74 kg/individu en 2020 à 3,26 kg/individu en 2022, un chiffre appelé à augmenter à 3,55 kg/individu en 2023 et à 4,23kg/individu en 2024.
En ce qui concerne de l’aquaculture continentale, le ministre a fait savoir que son secteur contrôlait à 100 % la chaîne de production de Tilapia rouge, de nourritures et d’alvins de tilapia, en sus de la création d’un modèle de commercialisation innovant pour les produits d’aquaculture par le biais de la Chambre algérienne de la pêche et de l’aquaculture (CAPA).
Pour le développement de la transformation et de la mise en conserve des produits halieutiques, le ministre a fait état de l’entrée en service de 4 unités de transformation et de mise en conserve des produites halieutiques en 2022 à Annaba, Skikda, Alger et Sétif, ce qui a permis d’atteindre une capacité de transformation de 20 000 tonnes pour l’année en cours.
H. N.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img