16.9 C
Alger
jeudi 23 mai 2024

Pêche à Mostaganem: Un secteur qui aspire à produire davantage

L’invité du forum hebdomadaire de l’Association de la Presse de la wilaya de Mostaganem ce mercredi était Abdelhafid Zenassni, directeur de la pêche et des ressources halieutiques.

Par Lotfi Abdelmadid

Accompagné de deux chefs de service, le premier responsable du secteur a commencé par une présentation du domaine en évoquant les efforts de la direction pour la promotion de la pêche. D’un autre côté, il a évoqué aussi les difficultés que les professionnels de la pêche rencontrent. Sur cet aspect, il s’est focalisé d’abord sur les mécanismes instaurés afin de protéger les zones de pêche de la wilaya qui s’estiment à 1 974 km² sur 124 km de côtes. Zenassni a beaucoup insisté sur l’application de la loi de la pêche qui, selon lui, est primordiale pour la préservation du stock pêchable sur les zones de pêche. Pour cela, il a rappelé les modifications rapportées dans la loi de la pêche qui vient consolider l’arsenal légal, toujours pour protéger la ressource. A Mostaganem, le secteur, dira-t-il, absorbe beaucoup de main-d’œuvre, car il y a 7 355 inscrits maritimes ce qui n’est pas rien. Pour ces professionnels, la direction offre des cycles de formation continue qui est un apport notable pour la profession. La flottille pour les embarcations immatriculées MG est de 79 sardiniers, 50 chalutiers et 49 petits métiers, alors qu’il y a 865 petites embarcations de plaisance qui exercent le métier de pêcheur. Le directeur est revenu sur la stratégie du secteur qui, selon lui, est d’abord l’encouragement de la production qui est passée de 3 785 tonnes en 2020 à 5 036,44 tonnes au 31 août 2021, ce qui est très appréciable. Encourager la production, dira Zenassni, en respectant la loi de la pêche. Ceci veut dire que les arrêts biologiques et l’armement utilisé doivent être conformes à la loi. La taille marchande doit être respectée et l’usage de la dynamite et autres moyens illégaux sont neutralisés par le travail coordonné entre les différents intervenants pour la stricte application de la loi. Le responsable a informé la presse sur la campagne du thon rouge vivant à laquelle Mostaganem avait participé cette année 2021 avec un thonier qui a pêché 941 tonnes, alors que le quota national était de 1 650 tonnes. La question sur les prix assez élevés du poisson sur une wilaya côtière comme Mostaganem n’a pas été convaincante car la spéculation reste aussi présente dans le milieu. La production de l’aquaculture n’est pas visible à Mostaganem ce qui demeure une zone d’ombre dans le secteur. En revanche, le secteur vit des problèmes récurrents qui impactent considérablement la profession. C’est sur ce volet là que les journalistes ont interpellé le responsable du secteur. La saturation des deux ports de pêche, l’ensablement du port de Sidi Lakhdar, la carence de la pièce détachée, le manque de sites d’échouage, l’avenir professionnel des gens de la mer, la pêcherie et l’insécurité sur les zones inhérentes à l’amarrage de la flottille. Tout compte fait, le secteur produit, en effet, mais l’offre reste inférieure à la demande ce qui laisse le poisson hors de portée.

L. A.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img