12 C
Alger
dimanche 18 avril 2021

Passant de 48 à 58 wilayas : Les raisons du nouveau découpage administratif déclinées par un expert

Le président de la République a promu 10 circonscriptions administratives du sud du pays en wilaya.
L’Algérie compte désormais, en ce début d’année en cours, officiellement non pas 48 mais 58 wilayas. Pourquoi et à quoi servira ce nouveau découpage administratif ? A cette question, l’expert en prospective Belkacem Nacer a indiqué, sur les ondes de la Radio nationale, que «la promotion des dix circonscriptions administratives du Sud en wilaya est une nécessité impérieuse, sur le plan à la fois politique, organisationnel, économique et social».
Le professeur universitaire a estimé que «cette décision, attendue depuis 2015, assurera une meilleure proximité, mais également une fixité des populations, notamment dans les localités frontalières». Selon lui, «ce découpage à caractère stratégique», repond essentiellement à trois principaux objectifs dont le premier consiste à désenchevêtrer les compétences de l’Etat avec les collectivités, parce que, a-t-il expliqué,  il y a un problème de compétence. «Il s’agit là d’une décentralisation réelle», a-t-il ajouté. Pour lui, le deuxième grand objectif du découpage c’est de réorganiser les opérations et le réseau déconcentré de l’Etat, qui existe pour l’instant, afin de mieux répondre aux nombreuses priorités qui sont affichées par l’exécutif. Il a estimé qu’un découpage territorial devrait porter l’action de l’Etat au niveau des localités concernées.
«Le troisième et dernier objectif, c’est surtout gagner en efficacité, et ce, par une bonne mutualisation des moyens et la solidarité intercommunale», a-t-il indiqué. L’invité de la radio Chaine 3 a signalé que le nouveau découpage s’inscrit pleinement avec les démarches de la gouvernance territoriale qui implique des arbitrages pour une efficacité sur le court, moyen et long terme.
«Dès que vous parlez de découpage territorial, vous vous projetez sur le long terme. Donc, il y a un portage politique et technique très important qui se prépare», a-t-il indiqué.
En outre, afin de dynamiser au mieux les activités dans ces régions, les nouvelles wilayas sont censées être dotées d’une nomenclature qui retrace les opérations d’investissement qui caractérise leurs localités.
«Les walis et les secrétaires généraux désignés vont assurer la transition afin de préparer le budget pour 2022. Ce n’est pas chose aisée parce que cela exige une analyse profonde pour la prise en charge du particularisme des localités et des programmes d’équipement et d’investissement qui sont nombreux», a-t-il expliqué sur les ondes de la Radio nationale.
Enfin, il est à rappeler que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a officiellement promu, dimanche 21 février 2021, dix circonscriptions administratives créées dans le Sud algérien en wilaya à part entière, dotées de pleines prérogatives.
Il s’agit notamment de Timimoun, Bordj Badji Mokhtar, Ouled Djellal, Béni Abbès, In Salah, In Guezzam, Touggourt, Djanet, El Meghaïer El Menia. Il est à noter, en outre, que l’adoption du projet de loi visant à ériger les dix circonscriptions administratives a été décidé lors du Conseil des ministres qui s’est tenu le 26 novembre 2019, sous la supervision de Abdelkader Bensalah, alors chef de l’Etat.
Thinhinene Khouchi

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img