26.9 C
Alger
lundi 8 août 2022

Pas d’école jusqu’au 5 février, pandémie oblige … La vigilance anti-virus passe par le milieu scolaire

La reprise des écoles ne sera finalement pas pour ce dimanche. En effet, le prédisent de la république a décidé de prolonger la suspension des cours dans les trois cycles d’enseignement (primaire, moyen et secondaire) d’une semaine à compter de dimanche prochain en raison de la situation sanitaire marquée par une forte propagation du Covid-19.

Thinhinane  Khouchi

Dans le récent communiqué des services du Premier ministre on indique qu’ «  en application des instructions du Président de la République ,Abdelmadjid Tebboune, et au terme des consultations avec le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus et l’autorité sanitaire, il a été décidé de proroger la mesure suspension de l’enseignement au niveau de l’éducation nationale pour une période supplémentaire de sept jours, à compter du dimanche 30 janvier 2022 jusqu’au samedi 5 février 2022 » . Cette mesure a pour objectif de « préserver la santé des citoyens et à les prémunir contre tout risque de propagation du Coronavirus et au regard de la situation épidémiologique qui se caractérise encore par une rapide circulation du virus ». à cette occasion, le gouvernement a rappelé la nécessité d’intensifier les opérations de vaccination des fonctionnaires et personnels, notamment au niveau des secteurs de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle. La suspension des cours avait été décidée pour dix jours dans les trois cycles d’enseignement suite à une réunion extraordinaire présidée le 19 janvier courant par le président de la République, et consacrée à l’évaluation de la situation pandémique dans le pays.  Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed avait indiqué qu’une décision « juste et appropriée » concernant la reprise ou pas des cours sera annoncée après examen des rapports qui seront soumis au président de la République par les différentes parties, d’autant que la décision de reprise des cours « ne concerne pas uniquement le secteur de l’Education nationale, mais la société dans son ensemble ». Il a rappelé que la suspension des cours avait pour objectif de « briser la chaine de transmission du virus en milieu scolaire, et permettre la poursuite de la vaccination au niveau des établissements éducatifs », relevant que cette mesure avait été saluée par l’ensemble des composantes du système éducatif. La période précédant cette décision avait été marquée par une forte hausse des contaminations en milieu scolaire ce qui a conduit à la fermeture des établissements scolaires en veillant à la poursuite de l’opération de vaccination des personnels du secteur de l’Education nationale qui ne dépasse pas le tiers (près de 33%) selon les derniers chiffres communiqués. En dépit des efforts consentis par le ministère en matière de sensibilisation à l’importance de la vaccination, les taux atteints restent en deçà des attentes notamment au regard de la virulence du virus et sa propagation rapide. Les établissements scolaires connaissent depuis le début de l’année scolaire en cours la quatrième campagne de vaccination, qualifiée de « la seule issue » à la crise pandémique et le moyen de préserver la santé collective, selon Belabed qui a fait remarquer que « 8 sur un total de 10 cas hospitalisés sont non vaccinés et il en va pour les cas en réanimation qui représentent un taux de 96 % ainsi que ceux en soins intensifs à 100 % ». La vaccination en milieu scolaire est menée avec le concours du ministère de la Santé qui a mobilisé les staffs médicaux au niveau des  établissements éducatifs afin d’assurer les différentes opérations de vaccination. Enfin, le président de la République, avait souligné l’importance de vacciner l’ensemble des personnels du secteur de l’Education, affirmant que la santé des Algériens était une « une priorité absolue ».

 

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img