20.9 C
Alger
vendredi 7 octobre 2022

Pas d’eau depuis des jours dans des quartiers de la capitale / Anarchie de gestion : quand SEAAL ne respecte pas son propre programme…

La crise de l’eau s’aggrave. La SEAAL s’est montrée infidèle à engagements en ne respectant pas son plan de rationnement de l’eau à Alger qui devait être applicable à partir du samedi 26 juin dernier. En effet, au lieu d’avoir de l’eau «quotidiennement de 8h à 14h» ou «de 8h à 16h, un jour sur deux», plusieurs communes de la capitale sont sans eau depuis le lendemain de l’Aïd.
«Ce n’est plus vivable. Cela va de mal en pis. On n’arrive plus à voir le bout du tunnel». Tels sont les propos de plusieurs Algérois qui se disent «arnaqués», «méprisés», «négligés par le wali d’Alger et dupés par le programme de la SEAAL». Ayant déjà du mal à digérer le fait d’avoir de l’eau un jour sur deux, voilà que maintenant plusieurs communes de la capitale connaissent une pénurie d’eau potable qui dure depuis des jours. Cette crise avait poussé plusieurs citoyens à couper les routes au niveau de la capitale, notamment à Chéraga, Bordj El Kiffan, Ain Benian, Bab Ezzouar et plusieurs autres communes, afin de dénoncer les coupures d’eau et réclamer des explications et une communication réelle de la part de la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger qui a préféré se murer dans un silence pesant depuis le début de la crise. A titre d’exemple, la commune de Gué de Constantine, qui figure dans la deuxième catégorie composée de 20 communes, qui devaient, selon le plan annoncé par la SEAAL, être alimentées de 8h à 16h un jour sur deux, se retrouve sans eau depuis maintenant trois jours. Les habitants dénoncent et réclament la prise en charge de ce problème. «Déjà que nous avons passé l’Aïd sans eau, maintenant nous sommes à trois jours sans aucune goutte d’eau», nous dira un habitant de Gué de Constantine, ajoutant : «Au lieu d’avoir de l’eau un jour sur deux, on se retrouve sans une goutte d’eau ni explications à cette pénurie depuis plus de trois jours». Contacté pour avoir des explications à ces perturbations qui touchent plusieurs communes de la capitale, le chargé de communication du ministère des Ressources en eau s’est montré agressif, nous accusant d’«ignorer le secteur de l’eau». «Vous ne connaissez pas le secteur, il n’y a pas de perturbations. Citez-moi une commune qui n’a pas d’eau», nous a-t-il lancé. Avançant le cas d’une des cités de Gué de Constantine dont les robinets sont secs depuis trois jours, ce dernier nous a traités de «menteurs». «Vous mentez, il n’y a pas de perturbations à Gué de Constantine», a-t-il insisté. Finalement, après une discussion avec notre rédacteur en chef, ce responsable a promis de rechercher les raisons de cette perturbation au niveau de cette commune le jour même, et a demandé toutes les coordonnées du site affecté par la coupure. Or, (malgré sa promesse ferme) il s’est avéré que les robinets sont restés à sec durant toute l’après midi. Enfin, il est à noter que la SEAAL, qui demeure silencieuse, avait annoncé l’entrée en vigueur, dès samedi 26 juin, du programme d’urgence d’alimentation en eau potable au niveau de la capitale, suite aux perturbations enregistrées en raison de la raréfaction des ressources en eau. Trois programmes d’alimentation en eau potable étaient prévus dans ce cadre au niveau de la capitale. Le premier concerne 14 communes qui devaient être alimentées quotidiennement de 8h00 à 14h00. Il s’agit de La Casbah, Sidi Moussa, Bir Mourad Raïs, Hydra, Ouled Chebel, Tessala El-Merdja, Baba Hassen, Draria, El-Achour, Belouizdad, El Madania, Sidi M’hamed et Rahmania. Le deuxième programme prévoyait une alimentation en eau potable un jour sur deux de 8h00 à 16h00 et concerne 20 communes : Oued Koriche, Raïs Hamidou, Les Eucalyptus, Birkhadem, Gué de Constantine, Beni Messous, Bouzaréah, Aïn Benian, El-Hammamet, Bab El Oued, Bordj El-Bahri, El-Marsa, Mohammadia, Bourouba, Bachdjerrah, Oued Smar, El-Harrach, El-Magharia, Hussein Dey et H’raoua. Le troisième programme, quant à lui, concerne 23 communes qui devaient être alimentées en eau de 8h00 à 14h00 mais selon un système de distribution hybride : certaines communes seront alimentées quotidiennement et d’autres un jour sur deux. Les communes concernées par ce troisième programme sont : Bab El Oued, Bologhine, Baraki, Saoula, Birtouta, Ben Aknoun, El-Biar, Chéraga, Dely Ibrahim, Ouled Fayet, Aïn Taya, Dar El Beïda, Douéra, Khraicia, Kouba, Réghaia, Rouiba, Alger-Centre, Mahelma, Souidania, Staoueli et Zéralda. La SEAAL avait même affirmé que «la wilaya veillera à la stricte application de ce programme d’urgence», mais vu l’anarchie que connaissent plusieurs communes, ni la wilaya, ni SEAAL, ni même le ministère des Ressources en eau, ne veillent à l’application de ce programme.
Tinhinène Khouchi

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img