8 C
Alger
vendredi 4 décembre 2020

Paradigme

Finalement, le deuxième confinement aura été l’occasion pour le Président français de regagner un peu en popularité auprès de ses concitoyens, alors qu’une prochaine crise économique s’annonce très brutale et que les mouvements sociaux, s’ils sont à l’arrêt aujourd’hui, risquent dans les mois à venir de se multiplier tant les restrictions dues à la crise sanitaire ont aujourd’hui tué des milliers de commerces et d’entreprises. Mais pour le moment, selon la dernière vague du baromètre mensuel Odoxa, publié cette semaine, Emmanuel Macron s’en sort plutôt bien et prend même le large sur Jean Castex. En progrès de +2 points, le Président culmine à 43 % d’opinions favorables, tandis que son Premier ministre perd 2 points et tombe à 35 %. «Cela représente respectivement +5 et -5 points à l’un et l’autre depuis la rentrée», indique le sondeur Gaël Sliman, selon qui «le jeu de vases communicants se poursuit au sommet de l’exécutif». Et pour cause, depuis sa nomination à Matignon en juillet, Jean Castex peine à imposer son autorité sur les fortes têtes de son gouvernement. Ce sondage place également Édouard Philippe en tête de la «cote d’adhésion» des personnalités politiques (51 %), avec 18 % de «soutiens» et 33 % des personnes interrogées qui «éprouvent de la sympathie» pour lui. Cette progression confirme la tendance observée depuis qu’il a regagné en juin dernier sa mairie du Havre, à l’occasion des dernières élections municipales. Enfin, cette enquête révèle que la candidature de Jean-Luc Mélenchon (LFI) à la présidentielle est «désapprouvée par plus de deux Français sur trois» (67 %), considérant qu’elle serait un «handicap pour la gauche» (67 %). «Son image s’est nettement dégradée depuis la dernière présidentielle», est-il relevé. Chez les seuls «sympathisants de gauche», Jean-Luc Mélenchon reste celui qui bénéficie de la plus importante «cote d’adhésion» (52 %), devant Édouard Philippe (49 %) et Christiane Taubira (48 %). Mais en prenant en compte l’ensemble des sondés, il est «la personnalité suscitant le plus de rejet» (51 %) devant Marine Le Pen (50 %). La crise sanitaire et la très probable crise financière qui la suivra pourraient bien chambouler toute la scène politique et mettre en avant des personnalités qui jusqu’à aujourd’hui avait du mal à briser le plafond de verre. Marine Le Pen, si elle arrive à bien mener sa barque, pourrait ainsi réussir à susciter l’adhésion d’une partie des Français désabusés par les politiques traditionnelles et par le changement promis par le macronisme et pourraient donc se tourner en dernier recours vers le Rassemblement National pour espérer changer le même vieux paradigme qui régit leur pays depuis maintenant des décennies.  

Article récent

Foot/ Italie- transfert: Slimani dans le viseur de la Salernitana (Série B)

L'attaquant international algérien de Leicester City (Premier league anglaise) Islam Slimani, en manque de temps de jeu, est convoité par le pensionnaire de...
--Pub--

Articles de la catégorie

Financements

L'affaire des «financements libyens» qui suivent Nicolas Sarkozy et ses proches depuis plusieurs années, revient au-devant de la scène depuis quelques semaines et aujourd'hui...

Rassemblement:

Le parti Europe Écologie Les Verts (EELV), après avoir été un petit parti à très faibles scores pendant longtemps, a brisé ces derniers mois...

Voracité

La Grèce et la Turquie continuent leur guerre sourde au sujet d'une zone potentiellement riche en hydrocarbures en Méditerranée orientale et dont la propriété...

Devoir

Alors que la popularité de Jean-Luc Mélenchon ne cesse ces dernières années de décliner dans les sondages d'opinions et qu'il a perdu son image...
- Advertisement -