22.9 C
Alger
vendredi 19 août 2022

Ouverture du Festival musical européen : Samira Brahmia enchante l’assistance

Un public nombreux est venu jeudi soir au Théâtre National Mahieddine Bachtarzi pour assister à la soirée inaugurale de la 22ème édition du Festival musical européen. Cette soirée qui était riche en matière de rythme et d’émotions était animé par l’artiste Samira Brahmia qui a galvanisé le public, avec un cocktail de pièces, anciennes et nouvelles, authentique dans son contenu et ouvert sur les formes modernes de la World Music.

 Par Abla Selles

Organisée au Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (TNA), du 23 juin au 1e juillet sous le slogan, «Musiqu’Elles», la 22e édition de ce festival a confié son spectacle d’ouverture aux bons soins de Samira Brahmia, chanteuse prodigieuse dotée d’une voix étoffée à la tessiture large, qui a rendu une quinzaine de pièces aux consonances essentiellement méditerranéennes.

Dans des atmosphères de grands soirs, le public a pu ainsi apprécier, deux heures durant, le talent et le savoir-faire de la chanteuse, accueillie de manière triomphale par un public déjà surchauffé par la cadence dansante de la pièce «Gouloulou Idji», enchainée à «A haylali kifach endir», tirée du dernier opus de la chanteuse «Awa».

En parfaite conformité avec la thématique de cette 22e édition, la rockeuse, toute de noir vêtue, a prévu de s’investir dans des duos, avec quelques artistes femmes invitées, aux talents artistiques avérés.

Conviée à rejoindre la scène pour accompagner la chanteuse dans quelques pièces dont «Ad Ezzi Saa» du regretté Slimane Azem (1918-1983), Soumiya Ghechami, jeune et talentueuse guitariste, promise à une belle carrière, a étalé sa technique et sa virtuosité dans un solo à la distorsion criarde.

«Fabuleux destin», «Ahmed», et «Wahran Wahran», ont mis en valeur le combat de la femme pour son droit à disposer de sa vie, ainsi que la nostalgie et l’amour de la mère Patrie, pour clore cette partie dans une belle randonnée onirique avec «Koum tara», en version balade de jazz, judicieusement arrangée pour piano et voix.

Conçu par Slam Djerbi, le clip de la chanson «Mama», dédié à la chanteuse ethno-jazz Miriam Makeba, surnommée «Mama Africa», ainsi que toutes les mamans africaines, diffusé sur grand écran, verra la grande danseuse sénégalaise, Penda Niang exprimer par le corps et le geste la fierté du sentiment d’appartenance à l’Afrique, ce «grand continent, berceau de l’humanité».

La voix suave, aux ornements maîtrisant les dissonances du jazz de Hind Boukella est intervenue dans un duo inédit avec l’infatigable maîtresse de cérémonie, Samira Brahmia, toutes deux emportées par la beauté mélodique de «Yahdik Allah».

«Pays de poussière», pièce exprimant la tolérance et la compréhension de l’autre, ouvrira le champ sur deux belles reprises conduites en duo avec la jeune Noria, chanteuse d’expression amazighe à la voix enjouée qui interprétera «Essendou» du regretté Idir (1945-2020) et «Cheikh Aheddad» de Na Cherifa (1926-2014).

A.S

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img