19.9 C
Alger
dimanche 2 octobre 2022

OUED AIN SEFRA/MOSTAGANEM : Un autre projet inachevé au goût amer

L’Oued Ain Sefra  marque, par sa présence, le schéma urbanistique de la ville de Mostaganem. Les antagonismes spatiaux  de la rive droite  et de la  rive gauche ont fait la mémoire historique de la municipalité. La rive gauche, Tigditt bas qui est née ville musulmane, sinon indigène pour les colons, n’a pas connu vraiment de développement. Son enclavement   a contribué à son exclusion. Cette partie de la commune longée par l’Oued  marque la disproportion avec les quartiers qui la surplombent comme pour admirer son malaise. A l’annonce du projet, les habitants de bas Tigditt ont applaudi,  parce qu’ils souffraient de la présence d’une rivière connue pour sa puanteur et pour tous les  désagréments qu’elle occasionnait. Un cours d’eau où les milliers de litres d’eaux se déversent dans cette rivière avant de rejoindre la mer. Un projet dont le coût au lancement fut  estimé à 2 100 000 000,00 da. Un aménagement très séduisant pour ce qu’il propose. Certes il prévoit la réalisation d’une nouvelle route le long de la rive est de l’oued qui sera appelée la nouvelle route du port, commencera par un pont  qui relie la rive ouest à la rive est et va jusqu’au rond point du port commercial. Son lit bien canalisé laisse l’opportunité d’exploiter les terrains adjacents pour les activités sportives et de loisirs. On a déplacé le mausolée de Sidi Allal Ksori, on a abattu un arbre centenaire, on a fait croire aux citoyens que ce projet c’est le développement. C’était le rêve des habitants du Plateau marine, du Kariel , du Maksar et  de Titalguine pour pouvoir se détendre et profiter des infrastructures. Mais le projet est resté coincé avec un goût d’inachevé. On a voulu faire mais on a fait à moitié. De multiples visites de hauts responsables et des rallonges de budgets pour sa énième relance mais en vain. Malheureusement pour les habitants d’en bas, ils resteront toujours enclavés avec un cours d’eau empesté. Le rêve du désenclavement s’est envolé et le projet est là comme une cicatrice incurable. Aujourd’hui c’est pénible d’y penser,  déplore  un habitant du Kariel : ‘‘ On a cru pouvoir être désenclavés et surtout connectés avec le reste des quartiers. Une ancienne de Sidi Senoussi se dit déçue d’avoir raté une opportunité de voir son environnement s’améliorer.  »C’est comme toujours,  le développement ne passera jamais par là  » ajoutera un ancien moudjahid de la rue 55. Un retraité regrette amèrement de voir qu’à Mostaganem on rate ainsi des projets et surtout sans explication. Un jeune dira que c’est dommage car les aménagements du côté des Castors ont bien été réalisés mais quant il s’agit du bas Tigditt  ça freine c’est désolant. Enfin ce qui n’est pas encore connu c’est le devenir de ce projet qui patine dans la boue de l’Oued.

Lotfi Abdelmadjid

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img