26.9 C
Alger
mardi 16 août 2022

Oran: Poursuite des travaux du Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique

Les travaux du 8e Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique se sont poursuivis hier à Oran en sessions à huis clos.
La troisième et dernière journée de la rencontre a été consacrée à l’examen des propositions et recommandations présentées par les participants durant le séminaire.
Il s’agit des propositions en relation avec la bonne gouvernance en Afrique et l’amélioration des mécanismes de lutte contre le terrorisme dans le continent.
Les propositions et recommandations concernent la coordination entre le Conseil de la paix et de la sécurité de l’Union africaine (UA) et le groupe A3 (Kenya, Niger et Tunisie) et le nouveau membre de la région des caraïbes (Saint-Vincent et Grenade) dans l’objectif de soutenir la voix de l’Afrique au Conseil de sécurité de l’organisation des Nations unies (ONU).
Le huitième Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique de trois jours, s’est tenu à Oran sous le thème «Assistance aux nouveaux membres africains au Conseil de sécurité des Nations unies pour préparer le traitement des questions de la paix et de la sécurité dans le continent africain».
Des ministres représentants des pays membres du Conseil de la paix et la sécurité de l’Union africaine, des membres africains du Conseil de sécurité de l’ONU, des experts et de hauts représentants d’instances africaines, de l’ONU et de la Ligue arabe, y ont pris part.

Nécessité de renforcer la coopération entre les pays dans le domaine de lutte antiterroriste
Le directeur du Centre africain d’études et de recherche sur le terrorisme relevant de l’Union africaine à Alger, Lallali Idriss Lakhdar, a souligné, vendredi à Oran, l’importance de renforcer la coopération et la coordination entre les pays dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, pour éradiquer ce fléau qui sévit dans des pays africains.
En marge des travaux du 8e Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique, M. Lallali, qui a pris part à une session abordant «le danger du terrorisme et l’amélioration des mécanismes de lutte contre ce fléau», a indiqué, lors d’une conférence de presse, que les groupes terroristes ont profité des circonstances liées à la pandémie de Covid-19 pour étendre leurs actions criminelles dans certaines régions du continent.
Le même responsable a mis l’accent sur la révision du financement par l’Union africaine des opérations de lutte contre le terrorisme, de manière à renforcer les capacités de combattre ce fléau.
D’autre part, M. Lallali a fait savoir que l’Union africaine compte engager des mandats d’arrêt internationaux à l’encontre de terroristes et établir une liste nominative des terroristes du continent, ce qui contribuera à consolider la lutte antiterroriste, faisant observer que certains terroristes dans le continent ne figurent pas dans la liste des Nations unies.
L’expert a, par ailleurs, abordé le rôle de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme, soulignant qu’elle est devenue une référence avec une large reconnaissance de son expérience, qui peut être utile dans le continent africain.
Les travaux du 8e Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique, qui s’est tenu à Oran sous le thème «Assistance aux nouveaux membres africains au Conseil de sécurité des Nations unies dans le traitement à des questions de la paix et de la sécurité dans le continent africain», a enregistré la participation des ministres des Etats membres au Conseil de la paix et de la sécurité de l’Union africaine, ainsi que des membres africains au Conseil de sécurité de l’ONU, des experts et hauts eprésentants d’organismes africains, de l’ONU et de la Ligue arabe.
Lamine Ch.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img