10.9 C
Alger
samedi 24 février 2024

Opposition au Conseil de sécurité à un cessez-le-feu humanitaire à Ghaza\ USA : le veto de la honte

Alors que de nombreux pays s’efforcent d’éteindre l’incendie et d’aider à parvenir à la paix à Ghaza, Washington a de nouveau contrecarré les efforts mondiaux en opposant son veto vendredi soir à un projet de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à un cessez-le-feu humanitaire immédiat dans l’enclave palestinienne, à la grande déception de plusieurs ONG et d’autres membres du Conseil. Plusieurs pays et ONG ont dénoncé ce véto face à la crise humanitaire dans la bande de Ghaza.

Par Meriem B.

L’Iran a mis en garde hier contre «la possibilité d’une explosion incontrôlable» au Moyen-Orient. «Tant que l’Amérique soutiendra les crimes du régime sioniste et la poursuite de la guerre (…) il y a la possibilité d’une explosion incontrôlable de la situation dans la région», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, au cours d’une conversation téléphonique avec le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, selon un communiqué du ministère publié hier. «L’utilisation de l’article 99 est une action courageuse de votre part pour préserver la paix, et elle est soutenue par l’opinion mondiale», a dit M. Amir-Abdollahian à M. Guterres. La Russie a également condamné le véto des Etats-Unis. Selon le site officiel du ministère russe des Affaires étrangères, l’ambassadeur adjoint russe à l’ONU, Dmitri Polianskiï, a affirmé : «Nous n’exagérerons pas si nous disons qu’aujourd’hui est l’un des jours les plus sombres de l’histoire du Moyen-Orient. Une fois de plus, les Etats-Unis font obstacle au processus visant à parvenir à un cessez-le-feu (à Ghaza), condamnant à mort des dizaines de milliers de civils en Palestine». «Les Etats-Unis interdisent au Conseil de sécurité d’intervenir pour résoudre la crise à Ghaza et les résultats de cette diplomatie sont un cimetière pour les enfants palestiniens à Ghaza», a déploré le diplomate russe. De son côté Le secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), Hussein Ibrahim Taha, a exprimé hier sa déception face à l’échec du Conseil de sécurité de l’ONU à adopter une résolution appelant à un cessez-le-feu dans la bande de Ghaza, après que les Etats-Unis ont utilisé leur droit de véto. Le secrétaire général de l’OCI a estimé que cet échec «a des répercussions négatives sur le rôle du Conseil dans le maintien de la paix et de la sécurité internationales, la protection des civils innocents et l’arrêt de cette catastrophe humanitaire qui s’aggrave, suite à l’agression brutale et continue des forces sionistes contre le peuple palestinien dans la bande de Ghaza». Il a averti que l’échec du Conseil de sécurité à assumer ses responsabilités à ce stade critique «donne à l’occupation une opportunité de poursuivre et d’intensifier son agression contre le peuple palestinien». La Ligue arabe a, pour sa part, exprimé hier son regret après l’échec du Conseil de sécurité des Nations unies à adopter ce projet de résolution, alors que l’enclave palestinienne continue d’être violemment bombardée par l’armée de l’occupation sioniste. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a déclaré dans un message sur les réseaux sociaux : «Le Conseil de sécurité a malheureusement été empêché de prendre la position politique et morale correcte pour mettre fin à cette agression insensée».
M. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img