9.9 C
Alger
mardi 21 mai 2024

Opéra d’Alger: Un programme varié pour l’ouverture de l’année culturelle

Un spectacle de danses et de chants du répertoire algérien a été présenté, jeudi soir à Alger, par le Ballet de l’Opéra d’Alger et l’Ensemble Ahellil de chants du Gourara, dans le cadre de l’ouverture officielle de l’année culturelle 2021-2022.

Accueillie à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaih et sa directrice générale, Fatma Zohra Namous Senouci, l’année culturelle 2021-2022 a été ouverte en présence de la ministre de la Culture et des Arts, Wafa Chaâlal, de plusieurs membres du gouvernement et hauts responsables de différentes institutions d’Etat, ainsi que d’une vingtaine de représentants de différentes missions diplomatiques accréditées en Algérie.

Une immersion anthropologique hautement esthétique, a été proposée lors de cette soirée inaugurale, à travers, « Racines », une série de danses chorégraphiques narratives et des chants de l’Ahellil.

Devant un public relativement nombreux, astreint au strict respect des mesures de prévention sanitaire contre la propagation du Coronavirus, seize ballerines et onze danseurs, ont présenté dans la grâce du mouvement et la beauté du geste, cinq danses, « Karkabou », « Reguibettes » (région de Tindouf), « Touaregs », « Chaouie » et « Kabylie », alors que la vingtaine de choristes de la troupe Ahellil a rendu quelques pièces spirituelles, célébrant la pureté de l’âme, en harmonie avec son créateur.

Mettant en valeur la diversité et la richesse du patrimoine culturel algérien, le ballet de l’Opéra d’Alger a embarqué l’assistance dans une randonnée onirique, à travers une fusion prolifique des genres, qui a mêlé la danse et la musique, à la narration d’une voix présente qui annonçait chaque scène dans une prose au lyrisme poétique monté sur des tableaux de dessin sur sable projetés sur le grand écran de l’Opéra d’Alger. Les ballerines et les danseurs ont rendu entre autres danses, l’approvisionnement en eau (la danse des jarres), la célébration du printemps, et celle des guerriers qui font la paix et réapprennent à vivre ensemble grâce à la sagesse des femmes.

La troupe Ahellil de chants du Gourara a, quant à elle, célébré, la pureté de la parole à travers des textes empreints de spiritualité et de louanges à Dieu et à son Prophète Mohamed, ainsi que l’expression des cadences ternaires, par une manière singulière de maitriser le rythme en le répartissant sur plusieurs pupitres, entre diverses façons de tenir la cadence par le claquement des mains et la variation dans les percussions. Durant près de deux heures de temps, les danseurs du Ballet de l’Opéra d’Alger et les choristes de l’Ensemble Ahellil, ont rendu une belle fresque de danses et de chants, restituant au public, dans la joie de la réouverture des salles de spectacles après près de deux ans de pandémie, la tradition ancestrale de l’Algérie autochtone, en l’invitant à méditer la grandeur de son histoire et la richesse de son patrimoine culturel.

Abla Selles

Article récent

ok tope

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img