25.9 C
Alger
dimanche 1 août 2021

Œuvres calligraphiques: Un record pour l’association Errakim à Djamaâ El-Djazaïr

L’association Errakim de Médéa, dédiée à la promotion de l’artisanat et des arts plastiques, a réalisé pas moins de six kilomètres de calligraphie arabe au niveau de Djamaa El-Djazair (la Grande mosquée d’Alger), ce qui constitue un record dans cette discipline à travers les lieux cultuels de par le monde, a-t-on appris auprès de cette association.
«Avec six km de calligraphie arabe réalisés au niveau de Djamaâ El-Djazaïr, nous avons réussi à battre un record jamais enregistré dans aucune mosquée dans le monde», a indiqué à la presse Kara Bernou Abderazzak, un des membres de l’association chargée des travaux d’ornement et d’enluminure à la Grande mosquée d’Alger, en marge de la participation de cette association au Salon national des arts plastiques «Baya- Mahieddine», organisé cette semaine à Blida. Ce travail méticuleux a été réalisé par quatre calligraphes algériens relevant de l’association Errakim, «en un temps record : pas plus d’une année, au lieu des deux ans initialement programmés pour cette tâche», a expliqué Kara, ce membre de cette association qui a été chargée des travaux d’ornement et d’enluminure de Djamaa El Djazair.
Les enluminures réalisées au niveau de Djamaâ El-Djazaïr sont à «100 % algériennes», a assuré, en outre, M. Kara Bernou, soulignant l’opportunité offerte, au titre de ce travail, à des calligraphes de l’Est et de l’Ouest du pays pour «apposer leur propre touche» avec un encadrement assuré par l’association. Il a totalement réfuté les rumeurs prétendant que ces œuvres «sont l’œuvre de mains étrangères».
Cet artiste a également déploré l’absence «de publicité pour faire la promotion de cette œuvre artistique», qui a «conféré une grande beauté et apporté une touche esthétique certaine à la Grande mosquée d’Alger, à nulle autre pareille», notamment grâce au «mariage harmonieux de la calligraphie Koufi, avec le thuluth (ou soulouci) et l’enluminure».
M.Kara Bernou a notamment cité les belles bandes de calligraphie Koufi ornant l’extérieur de la mosquée, son hall et la salle de prière, outre les grands tableaux sculptés dans la pierre calcaire à l’extérieur de la mosquée, et dans le marbre pour l’intérieur, au moment ou d’autres sont sculptés dans le bois et le plâtre.
Les modèles de ces sculptures calligraphiques ont été faits à la main avant leur numérisation, tandis que les sculptures sur marbre ont été réalisées en Chine, et celles sur pierre calcaire en Italie.
Toujours selon les explications fournies par M. Kara Bernou, ces calligraphies représentent des Hadiths, des poèmes et des proverbes, mais surtout des versets du Saint Coran, dont l’emplacement a été minutieusement réfléchi, conformément aux instructions de la commission du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs. A titre indicatif, les versets et hadiths relatifs à la propreté et à la pureté sont placés dans la salle des ablutions, au moment ou ceux liés à la prière sont placés à l’intérieur de la mosquée.
La calligraphie Koufi, réalisée à l’extérieur de la mosquée, se taille la part du lion de cette œuvre artistique, eu égard à
l’étendue de l’espace qui lui à été réservé, tandis que le style «thuluth» est concentré au niveau des salles de prière et du périmètre de la mosquée, reflétant la majesté des lieux et la piété.
L. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img