25.9 C
Alger
vendredi 17 septembre 2021

Niant l’existence d’une crise d’oxygène médical / Benbouzid : adoption d’une médication unifiée anti Delta

Un nouveau protocole de traitement thérapeutique unifié sera adopté en Algérie à travers tout le territoire national, pour lutter contre la propagation du variant Delta du coronavirus.

Par Louisa Ait Ramdane

L’annonce émane du ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, en marge d’une campagne de vaccination organisée par le ministère de la Pêche et des Produits halieutiques. «Nous avons un protocole thérapeutique complètement modifié. Et nous sommes instruits à l’effet de donner des directives à destination de l’ensemble de nos confrères dans tous les établissements de la santé afin d’adopter le même protocole thérapeutique, en sus d’autres orientations liées à
l’opération de vaccination», a-t-il affirmé. Sans avancer plus de détails, Benbouzid dira qu’il
s’agit d’un protocole thérapeutique mis en place «pour s’adapter à le situation épidémiologique actuelle, qui devra être appliqué dans tous les hôpitaux de territoire national».
A ce propos, il a affirmé que l’instruction attendue «inclura la non obligation de faire les tests PCR, avant la vaccination car n’étant pas nécessaire», sachant que cette procédure obligatoire est en vigueur dans certaines wilayas, a-t-il précisé.

«Les décès sont dus à la férocité de virus et non au manque d’oxygène»
Alors que l’oxygène médical est au centre de la polémique en raison d’un problème de disponibilité dans les structures de santé confrontées à un flux record de patients atteints de Covid, le ministre de la Santé a nié l’existence d’une crise d’oxygène médical et évoqué une perturbation dans la distribution. Il a assuré à cet effet, que l’oxygène était disponible en quantités suffisantes au niveau des établissements hospitaliers, et que les indicateurs de dimanche dernier indiquaient «une baisse de la demande sur cette matière vitale».
Il a imputé l’augmentation récente du nombre de décès au fait que les sujets contaminés se présentent à l’hôpital à un stade avancé de la maladie et pas uniquement en raison du manque d’oxygène. Il a affirmé que «de nombreux cas infectés par le variant Delta arrivent dans les hôpitaux dans un état avancé dans lequel leur corps ne peut pas recevoir d’oxygène en raison de la détérioration totale les poumons». «C’est pour cette raison que les services sanitaires optent pour l’administration de l’oxygène médical que pour les cas jugés guérissables», a-t-il expliqué, soulignant que «les décès enregistrés actuellement sont causés par l’agressivité du virus et non par le manque d’oxygène. Cette matière est disponible et aide certains cas, mais elle n’est pas la seule solution pour tous les patients».
Pour ce qui est de la disponibilité des vaccins, le ministre a affirmé que «les doses dont nous disposons actuellement sont suffisantes pour couvrir la demande en attendant l’arrivée d’importantes quantités estimées à 8 millions de doses de Sinovac, AstraZeneca ou encore de Sputnik V».
Le ministre fera savoir qu’il a été procédé à la mise à disposition, pour courant août, «de plus de 8 millions de doses du vaccin chinois (Sinovac) et d’un million de doses du vaccin anglo-suédois AstraZeneca, en vue de la vaccination d’«un plus grand nombre possible de citoyens, notamment dans les régions et villages enclavés et isolés». Le ministre de la Santé avait dévoilé récemment que l’Algérie était sur le point de réceptionner au moins 6 000 nouveaux concentrateurs d’oxygène, estimant impératif de faire face à la situation épidémiologique «inquiétante», de travailler «d’arrache-pied et dans le calme afin de sortir de cette crise avec un minimum de pertes humaines».
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img