12.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Nations unies: Lamamra souligne l’engagement de l’Algérie pour les réformes du Conseil de sécurité

Lamamra souligne l’engagement de l’Algérie à poursuivre ses efforts pour un nouveau ordre mondial Les efforts de l’Algérie pour réaliser une avancée concrète dans les négociations gouvernementales visant à réformer le Conseil de sécurité onusien et à parvenir à un ordre international plus représentatif, plus juste et plus équilibré se poursuivent selon les engagements du Chef de l’État. Prenant part à Brazzaville aux travaux de la réunion ministérielle du Comité des dix de l’Union africaine (UA) portant sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra s’est félicité, dans son intervention, de « l’appui important et grandissant dont jouit la position africaine sur le plan international ». Les travaux de la réunion ont porté sur l’évaluation du progrès accompli dans le processus de négociation relatif à la réforme du Conseil de sécurité, et ce à la lumière des efforts consentis à l’effet de promouvoir la position africaine unifiée qui insiste sur la nécessité de permettre au continent d’obtenir deux sièges permanents au sein de l’instance onusienne et d’augmenter sa représentativité dans la catégorie des sièges non permanents, de trois à cinq sièges, conformément à la teneur du « Consensus d’Ezulwini » et de « la Déclaration de Syrte ». Le Président Tebboune « est engagé à œuvrer, de concert avec ses frères africains, dirigeants des pays membres du Comité, à la préservation de cet élan et à la poursuite des efforts en vue de réaliser une avancée concrète dans les négociations gouvernementales visant à réformer le Conseil de sécurité et à parvenir à un ordre international plus représentatif, plus juste et plus équilibré, notamment dans le contexte des retombées de la crise internationale actuelle qui porte les prémices de la formation de nouveaux rapports de forces sur la scène internationale », a affirmé le chef de la diplomatie algérienne. Lamamra a, par ailleurs, noté avec satisfaction la proposition du président et des membres du Comité relative à la tenue de la prochaine réunion ministérielle du Comité des dix à Alger, « un évènement qui devrait coïncider avec l’adhésion de l’Algérie, en tant que membre non permanent, au Conseil de sécurité des Nations unies », indique le communiqué. Le ministre des Affaires étrangères a réitéré, poursuit la même source, « l’engagement du Président Abdelmadjid Tebboune à ce que l’Algérie œuvrera à représenter le continent au sein du Conseil, mais aussi à faire entendre sa voix et ses revendications ». « Dans l’attente du parachèvement de l’opération de réforme et la réponse aux revendications du continent de façon complète, il incombe aux Etats africains d’unifier leur rangs et leur parole sur le plan international, ceci étant l’objectif stratégique que l’Algérie ambitionne à promouvoir en coordination avec ses frères africains à travers le « Processus d’Oran+ », a ajouté la même source. La réunion, tenue sous le patronage et en présence du président de la République du Congo, Denis Sassou- Nguesso, a vu la participation de nombre de ministres et de responsables de haut niveau des pays membres du C10, en plus de hauts représentants de l’Union africaine (UA) et de l’ONU. En marge des travaux de la réunion ministérielle, Lamamra a eu des entretiens bilatéraux avec le président du C10, ministre des AE de la République du Sierra Leone, en sus de son homologue de la Guinée équatoriale et le Commissaire de l’UA aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité. Formé en 2005, le C10 est composé de 10 Etats africains et pour objectif de renforcer et d’appuyer la position africaine unifiée dans les négociations gouvernementales en cours dans le cadre de l’ONU relatives à la réforme du Conseil de sécurité.
Louisa A.R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img