17.9 C
Alger
jeudi 25 avril 2024

Mustapha Mekidèche, expert international en énergie: «Il faut tenir un discours cohérent lors du 7e GECF»

C’est la dernière ligne droite avant l’ouverture du 7e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF 2024), prévu du 29 février au 2 mars à Alger. Cet événement d’envergure constitue une occasion importante pour valoriser les sources d’énergie et renforcer la position de l’Algérie sur la scène internationale.

Par Meriem B.

S’exprimant sur les ondes de la Radio nationale, Mustapha Mekidèche, expert international en énergie et ex-directeur général de l’Entreprise nationale d’engineering pétrolière, a fait savoir que la souveraineté des Etats sur leurs richesses naturelles sera au cœur des débats et pourrait dominer les concertations au sommet du GECF. «Dans les textes fondateurs du GECF, la défense des intérêts souverains des pays membres en matière de ressources gazières est un aspect central, mais revêt une complexité sur laquelle il faudrait s’attarder pour en déterminer tous les éléments y afférents», a-t-il affirmé. Selon lui, les participants au 7e GECF d’Alger doivent impérativement tenir «un discours cohérent», soulignant que «le GECF doit créer une discipline». Dans ce sens, l’expert en énergie a expliqué que «ce sommet doit rectifier l’idée selon laquelle le gaz naturel est une source carbonée, alors qu’elle pollue 50 % moins que le charbon et que cette ressource doit pouvoir continuer». L’invité de la Radio nationale a indiqué que «le gaz doit être développé par les pays eux-mêmes, en partenariat avec des groupes de renommé internationale certes, mais avec une maîtrise locale. Cela ne vaut que si les pays du GECF pèsent sur l’indexation des prix du marché». S’agissant du sabordage du projet du gazoduc transsaharien (TSGP) reliant le Nigeria et l’Algérie, Mustapha Mekidèche a précisé qu’«il y a la géopolitique, mais il y a aussi l’économie du projet. Si les éléments géopolitiques ne sont pas accompagnés par un retour sur investissement, le projet ne se fera pas. Mais manifestement, c’est le projet le plus faisable d’un point de vue technique et d’un point de vue économique». Concernant le recours de certains Etats au marché Spot du gaz, notamment les Américains, l’intervenant a estimé que «cet aspect est fondamental pour l’industrie gazière qui a besoin de financements lourds pour pouvoir mettre en valeur les gisements gaziers et les transporter vers les marchés lointains. Cela a été testé par l’Algérie de façon positive et elle a pu mobiliser des financements de la Banque européenne d’investissement, parce qu’il y a avait des contrats à long terme pour couvrir les remboursements».

Une application mobile dédiée à l’évènement
Le 7e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) vient de se doter de sa propre application mobile, permettant aux utilisateurs un accès facile à toutes les informations et données relatives à cet évènement. Téléchargeable à partir du site électronique dédié à l’évènement algeria7thgecfsummit.dz), par un simple clic ou à travers un code QR, l’application est baptisée «The 7th GECF Summit 2024». Ce nouveau support électronique offre un accès direct aux inscriptions à ce sommet, ainsi qu’au programme, informations et données y afférents, disponibles en langue arabe et anglaise. Il permet également de suivre l’actualité de cet évènement, dans les deux langues, ainsi que l’accès à la galerie photos qui lui est dédiée. A rappeler que le Sommet du GECF à Alger, qui revêt une importance mondiale avec la participation de dirigeants, de délégués et de parties prenantes du monde entier, aura lieu au Centre international de conférences Abdelatif-Rahal (CIC, Alger) le 2 mars prochain. Le sommet, dont les évènements associés seront entamés à partir du 29 février, sera sanctionné par la Déclaration d’Alger.

M. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img